« Tchao pantin ! »

C’est ainsi que se concluait le poste de mon dernier interlocuteur sur Facebook.

Anodin, en apparence, ce salut ne donne qu’une très petite idée de la violence qui règne sur les réseaux sociaux.

La référence au très beau film de Claude Berri qui nous fit connaître un autre Coluche et découvrir Richard Anconina lequel aujourd’hui débute au théâtre, est plutôt sympa. Elle l’est encore plus pour celui qui, jeune instituteur il y a maintenant soixante ans, débuta à Pantin, en Seine-Saint-Denis.

Ce qui l’est beaucoup moins tient en une lettre, le « p » en minuscule du nom d’une ville dans laquelle mes parents, réfugiés de la guerre d'Espagne, ont résidé jusqu'à leur disparition qui m’attribue un rôle peu reluisant, tranchant avec la distribution éclatante du film.

Mais des violences beaucoup plus insupportables que ce petit incident, ont quotidiennement cours sur ces réseaux peu sociaux, parfois accompagnées de menaces de mort.

La société capitaliste étant elle-même violente, rien d’étonnant à cela. Rien d’étonnant non plus à ce qu’un enfant, dont la famille n’a pu s’acquitter du montant de la cantine, soit reconduit chez lui par des policiers municipaux !

Sans aucun rapport avec cette aventure personnelle, la violence peut aussi prendre d’autres formes.

Ainsi, depuis plusieurs jours, mes deux ordinateurs et celui de mon épouse, ne peuvent plus envoyer de mails, alors que leur réception est tout à fait normale et que ceux qui n’arriveront jamais à leurs destinataires, sont signalés comme envoyés, accompagnés du bruit caractéristique.

Ce jeudi matin, je recevais une alerte de Facebook m’informant d’une tentative de prise en main de ma page, émanant de la ville des Lilas, en Seine-Saint-Denis. Il m’était demandé de changer de mot de passe, ce que j’ai fait. En parlant de mots de passe, certains depuis deux jours, comme celui de Microsoft, sont modifiés sans mon intervention et je dois en changer chaque fois que je me connecte sur leur site.

Or, ce vendredi matin, c’est le code d’accès à mon PC qui avait été modifié et pour y accéder, j’ai dû, une fois de plus, changer le mot de passe de Microsoft dont les services m’étaient indispensables.

J’ai bien sûr alerté ma banque et informé la police.

Je mets en garde mes nombreux correspondants, auxquels je ne peux dans ces circonstances m'adresser directement, afin qu’ils redoublent de vigilance. En effet, la liste de plus de mille contacts dont je dispose a pu tomber en de mauvaises mains et être utilisée à des fins frauduleuses.

J’en profite pour lancer un appel à l’aide auprès d’internautes que leurs capacités et leurs expériences les ont rendus très compétents dans ces domaines. Je les en remercie par avance.

Je joins ci-dessous le mail adressé au service Abuse d'Orange et son accusé de réception, formulaire qui ne traite qu’à la marge du problème rencontré. Je l’informe des suites intervenues depuis.

Tout cela va me contraindre au silence.

Pour quelques jours seulement, je l’espère.

 

 

Mon mail au service Abuse de Orange. 

« Bonjour, 

Depuis trois jours, je ne peux plus envoyer de mails avec les trois boîtes dont je dispose chez Orange. Non seulement, la partie réception est parfaite, mais lorsque j'essaie d'envoyer un mail, la boîte des envoyés me signale qu'il est parti, alors que son destinataire ne le reçoit pas

Le service Orange m'a indiqué que mes envois étaient bloqués pour des raison de sécurités, la cause en étant sans doute mes envois groupés avec lesquels j'alerte près de mille correspondants de la publication de la revue de presse  que je réalise pour le site "Regards". Trois fois par semaine, en dix fractions de cent mails, ce sont un millier de mails qui partent pour toute la France et même au-delà.

Mon compte Orange porte le numéro 7........

Les comptes de messageries concernés sont les suivants :

lucien.atencia@wanadoo.fr

vatencia@wanadoo.fr

lulu.atencia@orange.fr

Pour vous alerter, j'ai dû créer un compte Gmail !

J'espère que vous pourrez me venir en aide assez rapidement car je souhaite reprendre mes activités, en y ajoutant quelques précautions.

Recevez, Monsieur, l'expression de mes sentiments cordiaux. »

 

L’accusé de réception du service d’Orange.

« Bonjour,

Nous vous confirmons la bonne réception de votre courrier et vous en remercions.

Vous nous informez de la réception d’un faux message d'Orange - phishing - : votre signalement va participer à l’amélioration de la lutte contre ces tentatives de fraudes.
Pour davantage d’information sur le phishing, nous vous invitons à consulter l'assistance en ligne du site 
orange.fr : https://assistance.orange.fr/ordinateurs-peripheriques/installer-et-utiliser/la-securite/risques-et-prevention/phishing

Vous nous informez d’un problème de sécurité sur un compte Orange : nous vous invitons à consulter l'assistance en ligne du site 
orange.fr : https://assistance.orange.fr/ordinateurs-peripheriques/installer-et-utiliser/l-utilisation-du-mail-et-du-cloud/contacts/messagerie-orange-suspicion-de-piratage-de-compte-mail_222911-765559

Si vous nous signalez tout autre incident de type spam, virus ou intrusion : nous vous invitons à consulter l'assistance en ligne du site 
orange.fr : https://assistance.orange.fr/ordinateurs-peripheriques/installer-et-utiliser/la-securite/risques-et-prevention/

Pour information, nous ne recevons aucune pièce jointe, merci d'en intégrer directement les principaux éléments dans le corps de votre message.

Enfin, si votre message concerne tout autre incident ou une réclamation, nous vous invitons à consulter notre assistance en ligne sur le site 
orange.fr : https://assistance.orange.fr/assistance-commerciale/les-modalites-pour-joindre-orange/contacter-orange_143796-154608

Cordialement,
Service Abuse Orange Internet »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.