Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2022

Il est encore temps de sauver l'honneur de la gauche.

En clair, il s'agirait d'ouvrir les portes du pouvoir à une extrême droite à laquelle nous serions censés faire barrage à chaque deuxième tour d'élection présidentielle.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant cinq ans, alors que de tous les bords, tout a été entrepris avec à la baguette le président sortant qui ne sera pas sorti, pour que Mélenchon ne trouble plus un jeu politique bien huilé, comme s'il était, à son âge, le problème numéro 1 qu'affronte notre pays.

C'est un échec cuisant pour tous ceux qui en avaient l'ambition.

Il eut été préférable de consacrer tous ces efforts, cette détermination à lutter contre l'extrême droite et les métastases qu'elle diffuse dans toute la société et la politique.

C'est l'inverse qui a été choisi par Emmanuel Macron et les puissances d'argent dont il est le serviteur zélé.

Pour pérenniser leur pouvoir, ils ont fait le choix d'instrumentaliser le pire en le faisant délibérément grandir afin de stimuler la peur qu'il provoque légitimement et, le moment venu, la retourner à leur bénéfice entre les deux tours de l'élection présidentielle.

De vrais apprentis sorciers.

J'accuse toutes les formations politiques d'y avoir contribué en courant derrière l'extrême droite jusqu'à lui emprunter ses thèmes favoris, comme François Hollande en avait donné l'exemple avec la déchéance de nationalité.

On ne compte plus les conseils des ministres qui ont eu pour ordres du jour des thèmes directement puisés dans le magasin des horreurs de l'extrême droite. On ne compte plus les votes à l'Assemblée nationale pour les approuver au delà de sa majorité automatique. On ne compte plus les médias qui leur ont assuré une publicité exceptionnelle.

Nos concitoyens constatent que cette extrême droite raciste, xénophobe et antisémite à laquelle ils ont voulu faire barrage lors de plusieurs deuxièmes tours, est au mieux de sa forme et qu'elle s'est même multipliée avec un canal ouvertement fascisant.

Et tous ceux qui ont contribué à cette situation voudraient que ces braves citoyens refassent la même chose, attendant patiemment le deuxième tour pour pouvoir revoter Macron et sa retraite à 65 ans, alors qu'ils savent tous depuis longtemps que ce dernier va l'emporter, mais sans doute moins, en tentant de parachever son oeuvre : créer les conditions pour qu'en France l'illusion démocratique soient entretenue par deux formations politiques, acquises au capitalisme à perpétuité, l'une allant du partis socialiste à la partie de la droite restée fidèle à Jacques Chirac, l'autre regroupant l'autre partie et ceux qui à l'extrême droite militent de longue date pour ce rapprochement.

En clair, il s'agirait d'ouvrir les portes du pouvoir à une extrême droite à laquelle nous serions censés faire barrage à chaque deuxième tour d'élection présidentielle.

J'accuse toutes les formations concernées d'en partager la perspective.

Mais quelle serait la place de partis politiques convaincus qu'il faut changer la société ? Qu'il faut changer de société, comme un parti communiste en aurait l'ambition dans un processus démocratique ?

Il est mortel pour eux d'être associés aux précédents. Tel serait le cas s'il ne saisissent pas la chance qui peut être offerte aux électrices et aux électeurs de progrès d'être en mesure d'éliminer l'extrême droite dès le premier tour et ne pas avoir à revoter Macron et sa retraite à 65 ans au deuxième.

Il est mortel pour le parti communiste français de continuer à klaxonner contre le vote utile et donc d'être perçu comme s'opposant à l'aspiration sans doute la plus répandue aujourd'hui dans le monde du travail et de la culture ou en passe de l'être.

Il est encore temps de sauver l'honneur de la gauche.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne