Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Un billard à plus de trois bandes.

Tout indique que nous arrivons à la fin d'une époque sans que sa relève, à gauche et dans l'écologie, ne soit méme en chantier.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu'ici, l'élection présidentielle était celle que nos concitoyens considéraient comme la plus importante puisqu'ils pouvaient y choisir celui ou celle qui pendant cinq ans déciderait de tout, jusqu'au sort réservé aux pourboires des garçons de cafés.

Les institutions de la Ve République, avec l'élection du chef de l'Etat au suffrage universel et les aménagements qu'elles ont subis, dont l'inversion des scrutins introduite par Lionel Jospin, ont fait de notre République un régime plus monarchique que les pays qui en ont conservé le titre, faute d'avoir fait leur révolution.

Le parlement en a subi une dévalorisation telle que dans de nombeuses occasions, les élus du peuple apprennent, comme tous les citoyens, à la télévision, par la voix du président ou du premier ministre, les décisions de l'exécutif et du conseil de défense sur lesquelles ils sont appelés à se prononcer a posteriori. 

Cette dévalorisation frappe tous les autres scrutins au point que de moins en moins d'électeurs y participent. Des records ont été battus lors des dernières élections régionales et départementales, ce qui n'a pas empêché les partis politiques qui avaient des élus sortants d'y voir une manifestation éclatante de leur retour en grâce. 

Leur plaisir fut de courte durée, Anne Hidalgo, Arnaud Montebourg, Yannick Jadot et Fabien Roussel en savent quelque chose.

Que des maires, des conseillers départementaux et régionaux soient élus par une minorité de la population n'affole personne. L'important, c'est que ces élus le soient.

Il y a quelques années, il était de bon ton de se gausser ici des niveaux de participation électorale ridicules aux Etats-Unis. Ceux enregistrés avec la victoire de Biden pourraien bien en avril nous faire pâlir d'envie.

L'élève a surpassé le maître. 

Déjà, des études mettent en évidence que la campagne électorale en cours est très mal vécue par des citoyens qui n'y retrouvent ni leurs préoccupations ni leurs espoirs d'une vie meilleure. Il faut dire que ce qu'elle leur propose ressemble plus à une partie de billard à plus de trois bandes qu'à une confrontation démocratique visant à dégager des perspectives d'avenir pour eux, leurs proches, le pays, l'Europe, le monde et la planète. 

Les sondages quotidiens donnent lieu à des spéculations rarement confirmées par les résultats. C'est encore plus vrai quand circulent des variants qui ajoutent, avec les inquiétudes et les peurs, de l'incertitude à l'incertitude habituelle.

Le président sortant, les candidats, les partis politiques ne sont pas en reste.

Le premier, en campagne pour sa réélection depuis 2017, n'entend pas perdre le bénéfice de tout ce qu'il a entrepris pendant son quinquennat pour se retouver face à la sinistre Le Pen, façon originale de lui faire barrage. Ils sont une majorité de Français à ne plus vouloir participer à ce scénario qui a  contribué à ce que progresse l'emprise des idées racistes, antisémites et xénophobes d'extrême droite sur la vie politique et dans la société. Peu importe puisqu'il garantit la victoire au locataire de l'Elysée et aux forces qui le soutiennent.

Sauf si l'autre sinistre, Z, restant à un niveau élevé, affaiblissant d'autant l'éternelle candidate choisie, permet à ...Valérie Pécresse d'espérer atteindre le second tour et avec des chances réelles de sortir le sortant.

Toute la famille politique de cette dernière a les yeux fixés sur les scores attribués à Z. Qu'il descende, que Le Pen en profite et finis les rêves de victoire.

On s'active donc chez LR pour stopper un déclin de Z . Les ralliements de Pelletier, Collard et d'autres y concourent.

Mais ce n'est pas la seule menace. Imaginez que JLM, qui n'est pas si loin, vienne à dépasser la présidente du conseil régional d'Ile-de-France et patatra tout serait remis en cause. Il faut donc faire baisser l'Insoumis. A droite, on espère y parvenir en soutenant Fabien Roussel. Cela tombe bien, certains des choix de campagne du candidat communiste s'y prêtent.

Nous ne serions pas complet sans évoquer les déboires de la candidate socialiste et ceux d'Arnaud Montebourg qui lui a déjà renoncé. Confrontés à la crise d'idéntité de la social démocratie que leur parti continue de nier, ils se heurtent à un mur qui dépasse de beaucoup leurs personnes et qui commence à inquiéter au plus haut point les élus socialistes dans tout le pays.

Quant à Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, il voit d'un très mauvais oeil la bande à François Hollande savonner la planche d'Anne Hidalgo tandis que Manuel Valls fait des offres de services de plus en plus appuyées à Emmanuel Macron. Un score égal ou inférieur à celui de Benoît Hamon se pofile avec un coût financier très lourd et un autre, politique, qui pourrait bien se traduire notamment par la perte de Paris aux prochaines élections municipales.

A moins que la primaire permette certains reclassements pour tenter d'éviter ces noires perspectives pour un parti qui a dominé la vie politique nationale depuis autant d'années. Mais cette primaire mérite bien peu les qualificatifs de populaire et citoyenne. Elle risque fort  de n'être que  la martingale du détournement de légitimes aspirations à l'unité et au rassemblement en aboutissant à leur contraire, une candidature de plus.

Tout indique que nous arrivons à la fin d'une époque sans que sa relève, à gauche et dans l'écologie, ne soit méme en chantier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l'écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine