Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2022

Chercher l'erreur.

Pierre Mansat, inspecteur général de la ville de Paris, a publié sur Facebook le post suivant :

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Invité à participer à l’émission « Au tableau » qui sera diffusée le 27 mars sur C8, le candidat du PCF à l’élection présidentielle s’est illustré par son hésitation à classer Joseph Staline parmi ses « camarades ».

Après avoir placé le Cubain Fidel Castro dans la case « camarade » et le dictateur Nord-Coréen Kim Jong-Un dans la catégorie opposée, Fabien Roussel a été amené à faire un choix pour l’ancien dirigeant de l’URSS, Joseph Staline. Et le moins que l’on puisse dire est qu’il a eu du mal à choisir : « Il est celui qui a été le chef de guerre contre le nazisme (…) et de l’autre côté, il a été responsable de millions de morts dans son propre pays avec la création des goulags, donc je ne sais pas comment on peut faire », se justifie-t-il.

« Mais il a tué des millions de gens ! »

Perdu, il fait alors le choix de placer Staline entre les deux catégories. « Mais il a tué des millions de gens ! », lui opposent instantanément les élèves. Fabien Roussel se ravise alors et place Joseph Staline dans la catégorie « pas camarade » : « Eh bah alors on le met là ! »

Ma réaction, également sur Facebook :

Je n’ai bien sûr pas encore vu cette émission et je me garderai donc d’en parler.

Par contre, celles et ceux qui me font l’honneur de me lire ici ou ailleurs, savent, par exemple, que j’attribue la faiblesse historique de la gauche et sa désunion à la crise d’identité que connaissent le Parti socialiste et le Parti communiste, les deux formations qui, unies le plus souvent, ont marqué la vie politique française et accédé au pouvoir d’une des plus importantes puissances capitalistes.

S’agissant de la crise de mon parti dont je suis adhérent depuis 1968, le PCF, j’ai toujours voulu insister sur le fait qu’aucun Parti communiste dans le monde n’y échappait. Certains, comme en Italie, ont même disparu.

Autre caractéristique, commune avec le PS, alors que ces crises marquent encore aujourd’hui les comportements électoraux, que Anne Hidalgo et Fabien Roussel en sont les premières victimes, leurs deux partis en nient l’existence et donc n’en recherchent pas les causes réelles.

 Ce qui conduit, autre exemple, à attribuer le déclin du PCF à ne pas avoir présenté de candidat à l’élection présidentielle en 2012 et en 2017, alors qu’il a commencé bien avant, qu’il se poursuit et donc que Mélenchon n’en est pas la cause mais une des conséquences.

Très sommairement, pour les partis communistes, j’en vois deux essentielles. La première est la difficulté de sortir d’une matrice que sont venus percuter l’effondrement de l'URSS et la chute du mur de Berlin.

Avec les hésitations de Fabien Roussel dont parle Pierre Mansat, nous sommes au cœur du sujet.

Il y a encore quelques mois, je m’élevais ici contre le fait que la Chine soit qualifiée par le PCF de pays communiste ! Mon blog en témoigne. Les réactions de communistes à mes posts aussi.

Dire ceci ne veut pas dire que mon parti n’ait pas fait d’efforts pour se dégager du modèle soviétique. Il en a fait beaucoup mais selon les périodes avec des hauts et des bas, des avancées et des reculs, mais jamais, selon moi, jusqu’à en tirer toutes les conséquences politiques et pratiques.

A mes yeux, la situation actuelle et la campagne de notre candidat le confirment.

De tout cela, j’ai eu la chance de pouvoir en parler souvent avec des dirigeants comme Georges Marchais, Robert Hue et Jean-Claude Gayssot. Tous étaient conscients de l’immense problème auquel étaient confrontés les partis communistes, tous et d’autres avant eux ont fait des efforts pour les résoudre.

Tous ont échoué d’autant plus que n’a pas été affrontée l’autre cause pour moi essentielle du déclin, à savoir la conception même du communisme que nous donnons à voir à nos concitoyens.

Je l’ai bien souvent qualifiée de caricature par comparaison avec le processus démocratique imaginé par Marx et Engels.

Des auteurs de renommée mondiale, Badiou, Lordon, Lucien Sève…l’écrivent, mon ami Bernard Vasseur aussi.

Nous les ignorons.

Et notre candidat ne parle du communisme que pour dire qu’il n’est pas d’actualité et que l’on verra plus tard, dans le monde idéal des jours heureux.

Or le communisme, pour ses fondateurs, n’a jamais été un idéal mais une réalité, un processus qui prend naissance et s’enracine dans les contradictions de la société capitaliste. Elles n’ont jamais atteint un tel niveau. Les moyens de les résoudre non plus.

C’est ce qui fonde le caractère urgent de la visée communiste d’émancipation humaine.

Chercher l’erreur.

La vidéo avec Fabien Roussel et les écoliers est là : https://www.facebook.com/LibertaIndependenza/posts/497552828682702

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire