Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2022

Stop ou encore ?

Un appel de responsables communistes circule sur les réseaux sociaux.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je veux relayer ici un appel de responsables de mon parti qui circule actuellement sur les réseaux sociaux.

Ses signataires sont des femmes et des hommes communistes qui sont conscients de l’effet désastreux qu’aurait sur le peuple de gauche et de l’écologie s'il était admis que leur parti et leur candidat ont empêché leurs convictions d’être au deuxième tour de l'élection présidentielle.

Cela les contraindrait, avec bien d'autres citoyens, à revoter à ce deuxième tour pour Emmanuel Macron et sa retraite à 65 ans, après avoir laissé passer le bonheur de pouvoir éliminer la sinistre Le Pen dès le premier.

Or, ils ont pu constater que de barrage en barrage, l'extrême droite raciste, xénophobe et antisémite était au meilleur de sa forme, qu'elle s'était même dédoublée et occupait toujours le centre de la vie politique. Qu'elle en profitait pour continuer à distiller dans la société ses métastases mortelles qui la fragmentent toujours davantage. 

Alors que certaines ont été mises à l'honneur dans les ordres du jour de bien des conseils des ministres, relayées par les grands médias avec tous les partis ou presque qui courent derrière, cette extrême droite salive déjà à l'idée que le processus de décomposition/recomposition arrivé à son terme, elle pourra elle-même les mettre en oeuvre au gouvernement de la France.

Et nos concitoyens enragent de constater que le barrage est en réalité devenu une assurance-vie pour des présidents dont ils ont contribué, à leur corps défendant, à l'élection alors que pour beaucoup, tout les y opposait.

Cela a conduit à une situation dans laquelle le monarque de l'Elysée est assuré de retrouver sa place puisque personne, à gauche ou ailleurs, n'aura été en mesure de la lui contester.

Tous les candidats auront pu, pendant des semaines, mettre en valeur tout ce qui les différenciait, mais pour d'autres objectifs que celui que tous prétendaient avoir l'ambition d'atteindre.

Se pose donc légitimement la question de savoir s'il est possible de mettre un coup d'arrêt à cette mécanique infernale dont il est annoncé qu'elle fera battre un record d'abstentions lors de l'élection encore considérée comme la plus importante, au point de conférer au Parlement un rôle de chambre d'enregistrement.

Stop ou encore ?

Telle est la question que pose l'appel qui motive cet article.

Ces signataires communistes, au lieu de klaxonner avec François Hollande contre un prétendu vote utile, proposent à leur parti et à leur candidat de partager une aspiration qui est celle de millions de progressistes et au-delà.

Ils ont la faiblesse de penser que Fabien Roussel et le PCF en sortiraient grandis en ayant fait la démonstration que leur parti n’existait pas que pour lui-même.

Qu’il était au service de causes bien plus grandes que lui.

Bref, qu’il était communiste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire