Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

290 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2022

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Arrêtez le massacre !

Alors qu’il est dérisoire de considérer qu’il pourrait y avoir un vainqueur, c’est à y  préparer les esprits que les deux camps travaillent.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un flot permanent de propagande de guerre nous assaille. Nous devrions prendre parti pour un camp désigné par avance comme vainqueur parce que détenteur du bien de l’humanité. Cet appel aux armes qui a envahi les écrans a pour pendant celui de Poutine, qui a délibérément choisi la guerre, ses horreurs, ses morts, ses souffrances, ses destructions massives, au mépris de toutes les règles internationales, pour imposer son point de vue.

Il a allumé la mèche et en organisant des simulacres de référendums dans des régions sous les bombes pour rendre irréversibles ses annexions de territoires, ce sont les conditions d’une globalisation d’un conflit d’apocalypse qu’il installe.

« Arrêtez le massacre !» hurle Patrick Le Hyaric, ancien directeur de « L’Humanité », dans sa dernière lettre. Or, l’industrie d’armement tourne à plein régime, industrie de mort mais aussi de profits colossaux. Les budgets militaires sacrifient les écoles et les hôpitaux. Jusqu’à l’Allemagne qui ambitionne d’être la première puissance militaire européenne sous la direction d’un chancelier socialiste ! Sans parler d"une présidente de la Commission européenne, véritable pousse au crime !

La propagande de guerre vient s’ajouter à celle qui accompagne une lutte contre le réchauffement climatique que la jeunesse du monde juge sévèrement  bien plus forte que les actes urgents qu’elle appelle.

L’anxiété des peuples est invitée à la rescousse pour les obliger à courber l’échine et à accepter aujourd’hui des sacrifices que le système capitaliste n’osait même pas imaginer pouvoir un jour obtenir. Le mot paix est banni comme hier celui de pénurie par temps de pandémie. 

Déjà étroite, la voie de la paix n’est même plus explorée à l’exception des puissances les plus peuplées de la planète qui, telle la Chine et l’Inde, commencent à élever le ton pour que les armes se taisent et que les soldats russes retournent dans leurs casernes.

Deux auteurs communistes, Patrick Le Hyaric et Jacques Fath, diplômé de Sciences Po Grenoble, dans leurs derniers ouvrages (1), deux autres communistes, Francis Wurtz, député européen honoraire et Olivier Gebuher, lui sur les réseaux sociaux, reprenant le flambeau de Jean Jaurès, non seulement donnent à comprendre ce qui se passe mais font des propositions réalistes pour un retour bien que difficile à la paix.

D’anciens ministres de la République sont dans le même état d’esprit. Emmanuel Macron reste dans une ambiguïté qui certes n’en fait pas un fauteur de guerre convaincu mais pas encore un homme d’Etat capable de rompre les liens avec un camp qui l’empêchent de prendre la hauteur de vue nécessaire qui lui permettrait de jouer un rôle historique pour la paix. Seules les mobilisations populaires pourraient l’y pousser. Il n’y a rien de plus urgent que d’y travailler.

(1)     « Les raisons de la guerre en Ukraine. Pour une sécurité humaine mondiale » par Patrick Le Hyaric, aux éditions de « L’Humanité ». 

         « Penser l’après…Essai sur la guerre, la sécurité internationale, la puissance et la paix, dans le nouvel état du monde » par Jacques Fath, aux éditions Arcane 17. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre