Le Mur.

Ceux qui ont décidé de construire ce mur de la honte sont des monstres.

A Pantin, en Seine-Saint-Denis, ce fut le quartier de mon enfance.

Celui dans lequel mes parents, réfugiés de la guerre d’Espagne, vinrent s’installer, d’abord sur « la zone », après avoir quitté la Nièvre, pour permettre à leurs deux garçons de suivre des études.

Sans le sou, mon père se rendit « aux puces » toutes proches pour y vendre son bien le plus précieux : sa canadienne.

Ceux qui ont décidé de construire ce mur de la honte sont des monstres.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.