Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Pessimiste ? Certes, mais réaliste aussi.

Cette pente, les progressistes ne la remonteront pas dans les semaines qui nous séparent de scrutins pourtant aux enjeux décisifs. Il ne faut plus se raconter d'histoires ni en raconter.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nombreux sont nos concitoyens qui sont confrontés à des situations très précaires et douloureuses. Pour leur porte-monnaie, les fins de mois arrivent le 15.

Je les côtoie, en Seine-Saint-Denis, à Bagnolet, la commune dans laquelle je réside depuis tant d'années. Les prochaines élections ne font pas partie de leurs préoccupations. La plupart n'en attendent rien.

Les plus politisés, qui ne sont pas ceux qui sont à dix euros près au milieu du mois, concentrent leur attention sur les sondages. Ils font des additions, des soustractions. Leur moral évolue en fonction des résultats de leurs observations.

Mais, en vérité, le moral n'y est pas. Il a été fortement entamé par les dernières décennies qu'ils viennent de vivre, celles où leurs espoirs se sont fracassés sur de terribles désillusions.

Et pourtant, l'extrême droite est aux portes du pouvoir. Ses conceptions, celles de la droite ont gagné beaucoup de terrain, d'autant plus qu'à de trop nombreuses reprises, la gauche leur a emboité le pas. De barrage en barrage suivis d'une irresistible ascension de l'extrême droite, même les réflexes salvateurs ont du plomb dans l'aile.

Cette pente, les progressistes ne la remonteront pas dans les semaines qui nous séparent de scrutins pourtant aux enjeux décisifs. Il ne faut plus se raconter d'histoires ni en raconter.

Certes, bien peu nombreux sont ceux qui apprécieraient un nouveau duo Macron-Le Pen. mais ce rejet ne produit pas les mobilisations qui permettraient d'écarter ce sinistre duo, mais aussi avec l'ambition de pouvoir vivre mieux. Il n'est que "contre" alors que seul le "pour" pourrait faire bouger les choses.

Vu du côté de nos compatriotes, seul ce "pour", ce projet transformateur, émancipateur pourrait leur redonner le goût perdu d'un engagement collectif dont ils auraient acquis la conviction qu'il peut servir à quelque chose, pour eux, leurs enfants, notre pays et notre planète.

Depuis le début de la campagne électorale, qui l'a vu ce projet ?

Pour ma part, je ne vois que des candidats qui empilent des propositions qu'ils promettent de mettre en oeuvre quand ils auront remplacé le télé président à l'Elysée. Ces propositions, on se demande bien pourquoi certains ont appliqué leurs conraires quand ils étaient au gouvernement, jusqu'à faire entrer Emmanuel Macron dans la place.

L'Elysée, devenu le symbole du pouvoir monarchique, aucun, même dans ses rêves les plus fous, n'y croit. Les électeurs, les électrices non plus.

Par contre, à l'abri de ces mêmes électeurs, en secret, des ordinateurs tournent, des réunions ont lieu, des négociations se déroulent, des accords se concluent avec pour seul objectif de sauver les meubles électoraux et les appareils des partis.

Bonjour la politique !

Peut-être, au début de la prochaine année, si les sondages en laissent entrevoir la possibilité, une dynamique pourra-t-elle naître qui pousse les uns et les autres à s'effacer au profit de celui ou celle qui apparaitra le ou la mieux à même, à ce moment-là, pour le seul objectif commun, de barrer la route, cette fois dès le premier tour, à l'extrême droite et à la droite. Rien n'est moins sûr, il y a beaucoup de "si", mais on se raccroche à ce qu'on peut. Du moins est-ce mon cas.

Pessimiste ? Certes, mais réaliste aussi, car pour moi, si à nouveau, le cycle infernal des illusions suivies de désillusions s'installait, la prochaine fois, nous ne pourrions plus empêcher le pire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver les enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd