Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2022

Pas le choix d'un homme, celui de convictions.

Tout ça pour finir avec Anne Hidalgo et son parti à la peine pour dépasser Jean Lassalle, Fabien Roussel et Yannick Jadot d’atteindre les 5% et l'extrême droite au top niveau.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Évidemment, en retrouvant les mêmes au deuxième tour, en étant dans l’obligation de revoter pour le sortant dont le Parti communiste et son candidat disent à juste titre qu’il est le président des riches et le fondé de pouvoir du capital, le changement serait considérable, révolutionnaire même !

Nous aurions le plaisir de retrouver au centre de la vie politique, au moins pendant cinq ans, une extrême droite raciste, xénophobe et antisémite renforcée.

Avec, cette fois, le déshonneur, pour toute la gauche et l'écologie, d’y avoir contribué alors qu’il était possible de faire autrement. Son peuple, n'aurait pas retrouvé sa représentation politique et ne manquerait pas de faire savoir aux partis qu'il jugerait en être responsables ce qu'il en pense.

Il peut y avoir de la colère car de gros risques ont été pris à s'opposer à une aspiration majoritaire chez les progressistes de pouvoir éliminer la sinistre Le Pen dès le premier tour et donc de ne pas avoir à revoter Macron et sa retraite à 65 ans au deuxième.

Tout ça pour finir avec Anne Hidalgo et son parti à la peine pour dépasser Jean Lassalle, Fabien Roussel et Yannick Jadot d’atteindre les 5% et l'extrême droite au top niveau. 

Et l'on nous parle de reconstruire la gauche avec, comme point de départ, des bases aussi friables, qui ne sont que la reproduction de ce qui l'a conduite à l'état de déliquescence dans lequel elle se trouve.

Il y a fort à craindre que les électrices et électeurs de ce camp-là expriment dès les prochaines élections législatives ce qu'ils ont sur le coeur.

Des dirigeants du Parti communiste, dans son organisme de direction et le respect de ses règles de vie, il y a peu, ont proposé que leur parti, son candidat s'adressent largement aux organisations et candidats progressistes afin d''examiner comment, ensemble, atteindre un objectif qui devrait leur être commun à tous : éliminer l'extrême droite dès le premier tour.

Cette chance de renouer avec les hommes et les femmes qui partagent cette ambition, constitutive de notre identité depuis toujours, n'a pas été saisie. Il n’en a même pas été discuté. Mais avec qui espère-t-on reconstruire l'avenir du monde du travail et de la création ?

Telle est l’aboutissement d’une ambition communiste, celle-là partagée par le PS et les Verts, réduite à une chasse à l’homme qui, en 2012 et 2017, fut le candidat du PCF à l’élection présidentielle, aujourd'hui accusé de tous les péchés de la terre. 

Les électrices et les électeurs auront la parole le 10 avril prochain.

Ils auront le choix entre un bulletin qui dit "Stop !" et un autre "Encore".

Pas le choix d'un homme.

Le choix de convictions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef