Lucien Kojève
Acteur et lecteur de la chose publique. Attaché à faire retentir la Parole de République. En usant de toutes les ressources de la langue en ses diverses manifestations.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2015

Lucien Kojève
Acteur et lecteur de la chose publique. Attaché à faire retentir la Parole de République. En usant de toutes les ressources de la langue en ses diverses manifestations.
Abonné·e de Mediapart

FISC ou FASC?

Lucien Kojève
Acteur et lecteur de la chose publique. Attaché à faire retentir la Parole de République. En usant de toutes les ressources de la langue en ses diverses manifestations.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fisc ou Fasc ?

Fisc : pour réforme (fiscale), Fasc : pour dérive (fascisante).

On dit depuis longtemps: "Plus de vraies différences entre la droite et la gauche", on constate chaque jour "le discrédit des politiques". Le jour du vote les électeurs cherchent en vain un "choix crédible", et se retrouvent, après 40 ans de crises diverses, superposées, continûment aggravées, citoyens d'une République désabusée.

Plus de choix, vraiment ?

Il y a bien un choix. Ce n'est pas un choix léger, une question de goût ou de préférence. C'est un "choix forcé", impératif, un carrefour crucial,  entre 2 types de destin collectif, auxquel toute société moderne (à l'ère des masses) est confrontée. Tout particulièrement, et si profondément, notre société démocratique en crises (au pluriel).

C'est un choix entre:

- pas de réforme fiscale (ou si confuse et a minima qu'elle est imperceptible, comme aujourd'hui en France)... et par conséquent - effet structurel, induit, direct - une dérive fascisante (ou néo-fasciste si l'on veut, ou fascistoïde) à laquelle nul n'échappe (et notamment pas ceux qui, simplement, sans plus, s'y opposent);

- une réforme fiscale d'ampleur ... et alors peut-être une possibilité (enfin réelle) de limiter puis réduire la fascisation en cours, et, dans le même mouvement, de réouvrir un avenir, une dynamique sociale.

Entre les deux, il y a un effet de balancier : c'est l'un ou l'autre, réforme fiscale ou dérive fascisante (il faudra revenir sur l'origine, le pourquoi, de ce balancier).

C'est évidemment bien de lutter contre l'extrémisme, l'extrême-droite, le nationalisme, le racisme (on dit souvent ces temps-ci "lepénisation" en paraissant pointer le phénomène à sa source, mais c'est trop d'honneur, et reste un euphémisme). Mais, si on se limite à s'opposer, à dénonçer ce qui logiquement choque, ce qui est contraire à la République et la dévoie, on n'y change pas grand chose en réalité, faute d'instruments adéquats.

Une telle opposition récurrente devient un peu courte, voire optimiste, naïve, et même dangereuse, si elle n'est pas accompagnée - bien plus - fondée sur un projet alternatif mordant, une stratégie qui touche au coeur du problème et du danger.

Cette stratégie, c'est celle du lien fiscal à rétablir comme coeur de la démocratie (1). Les discours de l'obsession identitaire, religieuse et raciale sont une perversion qui apparut lorsque que le coeur de la démocratie (ce coeur fiscal) a été pris d'arythmie et a commencé à frôler la thrombose. Les discours fascisants (politiques, médiatiques, d'opinion) sont comme une crampe, un geste violent, symptômes d'un corps social affaibli. Ils ne trouvent presque rien face à eux, quasiment pas de résistance habile, efficace, faute pour celle-ci de se porter sur le bon terrain, un terrain choisi à dessein, et faute d'avoir fourbi les outils et les armes qu'il requiert. Ce terrain, c'est celui de l'argent (et non du sang), de la richesse, sa création, sa distribution, son partage, c'est à dire le terrain du travail, du capital et des ressources naturelles, sociales et symboliques. La fiscalité est le poste de pilotage et d'aiguillage d'une démocratie en mouvement.

Actuellement ce poste est inoccupé, déserté.

Fisc ou Fasc : on a encore le choix.

Mais pour combien de temps ?

Chaque jour compte.

--------------------------------------

(1) Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789

Art. 13. Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard
Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Europe
Les Russes fuient vers le Kazakhstan, le président Tokaïev sur un fil face à la Russie
Plus de 200 000 citoyens russes sont entrés au Kazakhstan depuis le 21 février, et 50 000 y sont restés. Le président Kassym-Jomart Tokaïev tente de prendre ses distances avec le Kremlin sur le dossier ukrainien. Mais sa marge de manœuvre semble limitée, explique Michaël Levystone, spécialiste de l’Asie centrale.
par Laurent Geslin
Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André