Analyse des voeux d'un Président rabat joie figé dans une rigidité pré cadavérique


Voeux de M. le Président de la République

 

Le Président de la république a présenté ses vœux le 31 décembre 2010 à ses « Chers compatriotes, d’entrée il constate que l’année 2010 s’achève en rappelant que la crise économique et financière commencée il y a trois ans a continué à faire sentir ses effets et « nombreux furent ceux qui ont perdu leur emploi ce qui n’a fait qu’exacerber le sentiment d’injustice ressenti par des salariés qui n’étaient en rien responsables de la crise »

 

Cette première mise en condition de Sarko-rabat joie était destinée d’emblée à ramener les auditeurs à la cruelle réalité en leur retournant le couteau dans la plaie, alors qu’ils étaient en droit de s’attendre à une entrée moins agressive.

 

Or la suite a été de la même veine alarmiste , de quoi nous a entretenu le Président raide comme un balai en reprenant de vieux thèmes maintes fois entendus ? , c’est simple il a repris ses thèmes favoris, qui ne sont pas forcément les nôtres un jour de fête où nous avons le désir d’oublier nos soucis, il a remué le couteau dans nos plaies en nous parlant de la crise économique et financière en passant sur la crise sociale, en nous parlant du travail, certes pour aérer son discours il nous a dit que l’année 2011 s’annonce comme porteuse d’espérance, d’après lui la croissance revient, les « grandes réformes engagées commencent à porter leur fruit ».

 

On a peine à le croire, la croissance revient peut-être mais elle reste trop basse pour que nous ayons pu apercevoir une amélioration même minime de notre pouvoir d’achat , alors que tous les prix augmentent, ou que nombre des chômeurs inscrits ait pu baisser significativement par un vrai retour à l’emploi en CDI.

 

Le président peut toujours nous prédire que l’année 2011 s’annonce comme porteuse d’espérance, son affirmation ressort du domaine des prédictions, si de telles réformes sont engagées, nous ne pourrons constater leurs résultats que dans deux ou trois exercices, et vraiment elles portent des fruits quelles seront les catégories sociales qui en bénéficieront ? .Nul n’est prophète en son pays, pas plus un Président de la République que tout autre citoyen et nous sommes plutôt du genre Saint Thomas, il nous faut voir pour croire, et d’après ce que nous avons déjà pu voir jusqu’à présent nous avons tout lieu à ne pas adhérer benoîtement à ses affirmations prophétiques qui tiennent de la communication politique virtuelle, tout à fait déconnectées des réalités quotidiennes très difficiles que nous endurons socialement, je parle pour les classes laborieuses naturellement et pas pour le « club » des CAC 40 et des grosses institutions financières, bancaires et des grands groupes industriels et commerciaux qui affichent des résultats très importants dont l’essentiel va à leurs actionnaires et à leur dirigeants.

 

Ensuite le Président Sarkozy fait son bilan d’auto satisfaction , tout y passe pèle mêle tiré de son parapluie de marque capitalisme libéral, les universités, la recherche, le grand emprunt, les heures supplémentaires défiscalisées, le soutien du pouvoir d’achat, le crédit d’impôt, la réforme des retraites, l’éloge du service minimum.

 

Le pire, c’est qu’en évoquant la réforme des retraites , « une réforme capitale sans blocage grâce au service minimum qui a bien fonctionné » le Président insiste sur l’esprit de responsabilité des Français qui d’après lui « savaient bien que ce rendez vous pour douloureux qu’il fût était inéluctable » … tout en rendant hommage « à leur maturité et à leur intelligence collective.pour donner l’impression que cette loi a été acceptée par tous , alors qu’elle nous reste sur l’estomac et qu’elle pèsera très lourd, avec d’autres motifs d’insatisfactions sociales, contre dans nos décisions de vote en 2012, s’il se représente.

 

 

Clin d’œil à l’Europe ! …….L'Europe dans la tempête a su faire face certes pas assez complètement et souvent pas assez rapidement mais l'Europe a tenu et l'Europe nous a protégés.

 

Et enfin le cri du cœur du défenseur l’Euro, de la Zone Euro, et de l’UE , sort de sa poitrine, il en appelle à ses chers compatriotes : « N’écoutez pas, …….mes chers compatriotes ceux qui proposent que nous sortions de l'euro. L'isolement de la France serait une folie. La fin de l'euro serait la fin de l'Europe. Je m'opposerai de toutes mes forces à ce retour en arrière qui ferait fi de 60 ans de construction européenne qui ont apporté la paix et la fraternité sur notre continent. Je le dis avec d'autant plus de fermeté que j'ai toujours milité pour la préférence communautaire, et que je me suis toujours battu pour la protection de notre industrie, la réciprocité et la fin de la naïveté dans les discussions commerciales avec nos principaux partenaires. L'Europe est essentielle à notre avenir, à notre identité et à nos valeurs.

 

Dans la suite de son allocution nous décelons sa feuille de route et celle aussi qu’il trace aux Français colorée d’une certaine pédagogie axée sur le renforcement des nos atouts et l’effacements de nos faiblesses pour garantir notre indépendance :

 

Il revient à sa conviction la plus intime pour 2011 d’après laquelle …. « il nous faut « continuer inlassablement à renforcer nos atouts et à effacer nos points faibles en étant plus « compétitifs, en formant mieux nos jeunes, en travaillant mieux, en réduisant nos dépenses « publiques et nos déficits sous peine de voir notre indépendance gravement menacée » .

 

« Regardons ce qui s'est passé en Europe. Les pays qui ont voulu vivre au-dessus de leurs « moyens sans penser aux lendemains ont été lourdement sanctionnés. Mon premier devoir est « de protéger la France de cette perspective. La France tiendra donc ses engagements en « équilibrant ses comptes. Je ne transigerai pas sur cet objectif. »

 

Il s’agit encore de poursuivre un objectif ….. Oui, mais comment ? …..

 

L’enchaînement est tout prêt : « 2011 doit être une année utile pour les Français »

 

Le Président aborde 2012, en donnant l’impression de vouloir l’écarter au profit de l’année 2011 ,le Président dit qu’il sait que « …. 2012 sera un rendez-vous électoral de grande « importance. Mais nous sommes en 2011, nous ne pouvons nous payer le luxe d'une année « d'immobilisme pré-électoral alors que le monde avance à une vitesse stupéfiante. 2011 doit « donc être une année utile pour les Français. La difficulté ne compte pas lorsque sont en jeu « l'intérêt de la nation et le bien commun des Français.

 

Nous y voilà : l’intérêt et le bien commun des Français conduit le Président à l’intérêt général et il nous explique qu’il faut continuer à réformer, « ….. parce que c’est la seule façon de préserver notre modèle et notre identité ….. » , et sur l’intérêt général nous voyons qu’il contient pour lui, la protection des français, la protection des personnes dépendantes,, la protection (contre) les délocalisations, en harmonisant notre fiscalité avec nos voisins Allemands …, la protection contre la violence par l’institution de jurés populaires :

 

« Mon devoir est de privilégier en toutes circonstances l'intérêt général. Jusqu'à la dernière « minute de mon mandat je n'aurai d'autre règle que celle-là. Nous allons donc continuer à « réformer parce que c'est la seule façon de préserver notre modèle et notre identité, c'est la « seule façon de protéger la France et les Français. Les protéger de la dépendance car chacun « a le droit à sa dignité face aux souffrances du grand âge. Les protéger des délocalisations en « harmonisant notre fiscalité avec nos voisins Allemands. Les protéger de la violence chaque « jour plus brutal de la part de délinquants multi-réitérant en ouvrant nos tribunaux « correctionnels aux jurés populaires. Ainsi c'est le peuple qui pourra donner son avis sur la « sévérité de la réponse à apporter à des comportements qui provoquent l'exaspération du « pays.

 

Le Président de la République poursuit sur son devoir, sur les décisions qui s’imposeront lorsque le moment sera venu dans un esprit vérité et de justice, en y associant le Premier Ministre qui a toute sa confiance, et le gouvernement , avec pour objectif, de travailler sans relâche au service d’une prospérité française retrouvée (sic) ……. :

 

« Avec le Premier Ministre François FILLON qui a toute ma confiance, avec le « gouvernement, nous devons travailler sans relâche toute cette année au service d'une « prospérité française retrouvée qui nous permettra de créer les emplois dont nous avons « besoin. Je ferai mon devoir en écoutant, en dialoguant, mais lorsque le moment sera « venu, en prenant les décisions qui s'imposent dans un esprit de vérité et de justice.

 

Le Président dit ensuite qu’il fera son devoir en respectant scrupuleusement nos principes républicains les plus chers, selon lui la laïcité et le refus du communautarisme en citant au passage la loi portant interdiction de la burqa ….l’école obligatoire, l’absentéisme inacceptable, le respecté intangible de la loi, le respect dû à la France par ceux que nous accueillons, une exigence d’après le Président , l’égalité des chances et la justice , la revalorisation du travail, la liberté, le respect qu’on doit aux autres :

 

« Je le ferai en respectant scrupuleusement nos principes républicains les plus chers. La laïcité « et le refus du communautarisme. La loi portant interdiction de la burqa sera appliquée dans « l'esprit comme dans la lettre. Le rappel à chacun qu'il ne peut exister de droit sans la « contrepartie de devoirs. Ainsi l'école est obligatoire. L'absentéisme est inacceptable car il « condamne à l'échec ceux qui s'y abandonnent. Le respect de la loi est intangible et on ne la « bafoue pas. De même que le respect dû à la France par ceux que nous accueillons est une « exigence. L'égalité des chances et la justice qui ne sont ni l'égalitarisme ni l'assistanat et qui « doivent nous conduire à considérer la revalorisation du travail comme une priorité « absolument intangible. La liberté enfin qui doit aller de pair avec le respect que chacun doit « aux autres.

 

A mon avis le Président a volontairement développé un projet et des intentions qui laissent transparaître qui il vise, et dans une allocution de vœux ces considérations ne devraient pas trouver leur place.

 

Nous arrivons à la fin à un « morceau choisi » qui s’apparente à une envolée lyrique qui démarre sur le G20 et le G8 pour finir au combat pour le développement et à l’impératif de la protection de notre planète en passant par diverses considérations idéologique :

 

« Tout au long de l'année, mes chers compatriotes, la France portera la lourde responsabilité « de la double présidence du G 20 et du G 8. Elle défendra l'idée d'un monde plus régulé, « moins brutal où l'interdépendance oblige chacun à davantage écouter l'autre. Elle défendra « la France vigoureusement ses intérêts sans jamais renoncer à ses valeurs, quant au « multilatéralisme, au respect des droits de l'Homme, au combat pour le développement et à « l'impératif de la protection de notre planète.

 

 

Enfin nous recevons les vœux ;

 

Mes chers compatriotes, je veux vous adresser mes vœux, mes vœux de bonheur les plus sincères et les plus chaleureux pour cette année 2011.

 

J'ai une pensée particulière pour ceux qui sont dans la peine et le désarroi, spécialement nos otages pour qui nous continuerons à mobiliser toutes nos forces jusqu'au jour de leur libération, et pour nos soldats qui passent cette fin d'année loin de leur famille en risquant leur vie pour défendre nos valeurs et notre liberté.

 

Mes chers concitoyens,

 

Vive la République !

 

Et Vive la France !

 

Finalement en conclusion cette allocution de vœux était surtout une répétition très résumée de discours anciens, aucune novation, aucune initiative nouvelle, on a réformé, on continuera à réformer, point barre !

 

Le soir du Réveillon en prélude au nouvel an, nous attendions un discours plus cordial et nous avons du subir un discours politique parfaitement ennuyeux, débité par un Président d’un ton sans excès, qui ne souriait pas, qui se drapait dans un sérieux figé à tel point qu’il en paraissait absent et qu’en toile fond la façade l’Elysée semblait l’image principale de ce décor

 

Heureusement que ca n’a duré que quelques dix minutes sinon nous aurions fermé la télévision comme nous le faisons quand on nous passe dix fois la même émission en cours d’année.

 

Dès la fin de l’allocution des personnalités ont commencé à riposter et à asticoter le Président, à l’exception des membres du Gouvernements et de la majorité présidentielle qui au contraire le lèchent -bottines-baisent babouches en tentant de rallumer le feu, qu'ils ne se fassent pas d'illusion le feu sarkozien est mort en France , il n'en reste que des cendres que nous disperserons en 2012 sur le jardin stérile d'un quinquennat pétrifié et en voie d'agonie !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.