«Bandhobi», Montgolfière d'or auxTrois continents nantais 2009, un régal !

Gloire à "Bandhobi" qui vient de remporter le 31ème Festival des Trois Continents nantais ! Ce petit bijou sud-coréen garde éveillé grâce à de continuelles surprises. Un discours qui évacue LE tabou actuel ! Non réservé aux ados malgré ses deux interprètes principaux, loin de là, la famille est passée au crible quand bien même elle tâche de se recomposer gentiment...

Gloire à "Bandhobi" qui vient de remporter le 31ème Festival des Trois Continents nantais ! Ce petit bijou sud-coréen garde éveillé grâce à de continuelles surprises. Un discours qui évacue LE tabou actuel ! Non réservé aux ados malgré ses deux interprètes principaux, loin de là, la famille est passée au crible quand bien même elle tâche de se recomposer gentiment... Pour les Français plus particulièrement, ce film donne un grand coup de pied dans la fourmilière de l'immigration et de l'identité nationale dont les enjeux peuvent échapper... Il correspond exactement au clivage des populations toujours plus marqué du fait de la volatilité du travail, de la quête incessante de sous, de la loi du plus malin, toutes choses faisant table rase de la morale...

 

Il décrit ce que le commun des mortels fatigué des contradictions rencontrées ressent par rapport à son prochain trop différent de lui, certes pas de l'affection immédiate non, plutôt une animosité difficile à contenir, voire une franche colère. Ô que c'est délectable de suivre cette sans-coeur déclarée, de la voir progressivement s'humaniser au contact de ce grand ours qu'est l'Autre dans cette histoire, le calme, l'étranger qui en a vu de dures, celui sur qui la jeune sans-gêne vidrait facilement sa poubelle si en face il n'y avait aucun répondant !

 

Bandhobi (Shin Don Il, Corée du Sud)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.