L'Exercice de l'Etat, de Pierre Schoeller

L'exercice de l'Etat Bande-annonce © toutlecine
L'exercice de l'Etat Bande-annonce © toutlecine
L'exercice de l'Etat Bande-annonce © toutlecine

Selon le regard porté sur les personnalités politiques, le spectateur adhèrera ou rejettera cette intrusion dans le monde entrepreneurial des gouvernants français. Là où il faut s'allier ou se renier, le fameux "avaler son chapeau", se positionner donc en jouant des coudes, toujours rebondir, du moins en avoir l'air. La solitude est interdite, la fuite vaut désertion sur le champ de bataille. S'impose un refuge affectif solide. Telle est la vision du cinéaste qui effleure à peine l'égrillard, merci, cher monsieur, cela nous fait des vacances.

Le ministre coaché par sa gardienne anti dérapage verbal fait penser à nombre d'esclaves du business pressés, ou statiques comme sphinx, tous d'un égo démesuré. Ici englués dans la grande famille de collègues-rivaux, chacun rêvant que son nom entre dans l'histoire. Petit détail que l'électorat, le baromètre qui rend la mission noble. Ces champions sont flanqués de femmes posées, dont aucune ne saurait les dépasser dans le marigot...

Et voilà qu'on bifurque sur une autoroute en construction. J'ai cru que le film s'arrêterait là, laissant une forme de fraternité pulvériser cette frénésie. Eh bien non, pantelant, un oeil en vrac après la frayeur, vite l'ardeur ! "Image is everything". La com est le nerf de la guerre, ouf, des parapheurs à signer !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.