LUDOVIC DUSSOUCHAUT
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2020

Onze enseignants du CFA du lycée Rosa-Parks redoutent le licenciement

LE NOUVEAU MONDE DE L'EDUCATION NATIONALE

LUDOVIC DUSSOUCHAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mauvais signe pour les onze enseignants du CFA du lycée Rosa-Parks engagé dans un bras de fer juridique contre l'académie de Nantes. Ils craignent le licenciement.

Mardi 7 juillet, le tribunal administratif de Nantes a réexaminé le litige opposant l’académie de Nantes à onze enseignants contractuels du Centre de formation des apprentis (CFA), rattachés au lycée Rosa-Parks de La Roche-sur-Yon (Vendée).

A l’automne 2019, le rectorat leur avait « imposé » de signer un nouveau Contrat à durée indéterminée (CDI) les obligeant à travailler « 25 % » de plus pour le même salaire, « sous menace de licenciement sous un mois ».

»Lire aussi : La Roche-sur-Yon : onze enseignants dénoncent un « chantage » aux licenciements

Une « décision » prise en vue de la fusion des Greta (Groupements d’établissements en charge de la formation continue des adultes) et des CFA au 1er janvier 2020.

Les enseignants des seconds auraient ainsi vu leur statut aligné sur celui, moins favorable, de leurs homologues des Greta.

En novembre 2019, la juge des référés a suspendu cette « décision », en raison du « doute sérieux » qu’elle avait sur sa légalité, dans l’attente de son réexamen sur le fond.

« On est tout près du déni de justice »

Mardi donc, lors du réexamen par une formation collégiale de trois juges, le rapporteur public a, cette fois-ci, préconisé de désavouer les enseignants : leur requête est « irrecevable » sur la forme, selon lui. Il n’y a pas, à proprement parler, de « décision » à annuler, dans la mesure où les contrats qui leur ont été soumis sont une simple « mesure préparatoire » à une éventuelle « décision » ultérieure.

« On est tout près du déni de justice », a réagi Me Grégoire Tertrais, l’avocat des onze enseignants. Pour contester une « décision » et donc « avoir accès au juge », ses clients devraient soit signer le contrat litigieux, soit prendre le risque d’être licenciés…


« Si on arrive devant la juge en ayant signé le contrat, on nous dira alors qu’on a accepté les conditions qui y étaient mentionnées », prédit l’avocat.

La présence hebdomadaire des enseignants face aux apprentis passerait précisément de 18 à 23 heures, tandis que leur rémunération n’évoluerait pas. Certains vont même perdre jusqu’à « 4 000 € d’heures supplémentaires » dans l’année, selon les requérants.

Les enseignants du CFA redoutent aussi de devoir renoncer à leur Indemnité de suivi des apprentis (ISA) en entreprise, d’un montant de 91 € par mois.

Des licenciements inéluctables ?

Me Grégoire Tertrais a également critiqué le « cynisme » du lycée Rosa-Parks dans cette affaire. « On essaie de vous faire croire que c’est une petite réforme, avec de petits enjeux, mais ils sont en réalité substantiels », a-t-il fustigé.

L’avocat a donc demandé au tribunal administratif de faire preuve de « bienveillance » à l’égard de ses clients.

Me Caroline Bardoul, l’avocate du lycée Rosa-Parks, a réfuté tout « cynisme » de la part de l’établissement, qui sert de « support » juridique au CFA.


Elle a simplement rappelé que « les licenciements seront inéluctables » si les requérants refusaient de se plier à leurs nouvelles conditions de travail. « Le CFA va disparaître dans les mois à venir : les nouveaux apprentis sont désormais rattachés au Greta », a-t-elle souligné à l’audience.

Elle a également abondé dans le sens des conclusions du rapporteur public puisque les contrats pré-signés qui ont été soumis aux requérants ne sont qu’une « simple mesure préparatoire à un licenciement qui n’est qu’éventuel et qui n’est pas souhaité par le lycée ».

A l’avenir, il leur sera demandé d’être « polyvalents » et de faire « aussi bien de la formation continue [pour adultes, N.D.L.R.] que de l’apprentissage ».

Le tribunal administratif de Nantes rendra sa décision « pas avant la fin août », compte tenu de l’engorgement actuel de la juridiction.

GF (PressPepper)

https://actu.fr/pays-de-la-loire/roche-sur-yon_85191/la-roche-sur-yon-les-enseignants-du-cfa-du-lycee-rosa-parks-redoutent-le-licenciement_34826652.html

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille