Dans les ruines du sarkozysme

A ceux qui n'auraient pas eu le courage de lire l'intégralité de la lettre de Nicolas Sarkozy «au peuple français», Ronan Letourneur propose, à quelques heures du second tour, une relecture ramassée et assez ludique de l'acte de foi du chef de l'Etat.

A ceux qui n'auraient pas eu le courage de lire l'intégralité de la lettre de Nicolas Sarkozy «au peuple français», Ronan Letourneur propose, à quelques heures du second tour, une relecture ramassée et assez ludique de l'acte de foi du chef de l'Etat. Des 12.000 mots du texte original (36 pages tout de même...), il en a effacé, marqueur noir à la main, 10 000. Il reste un champ de ruines, aride et intriguant, qui révèle les failles béantes du discours présidentiel.

Sur la page de garde, «Il n'est rien de plus beau en démocratie que l'amour de son pays» devient «Il n'est rien de plus beau ---- que l'amour ---». Et ainsi de suite. On comprend vite le projet de ce détournement: ôter pour mieux révéler, déconstruire les formules souvent plates d'un candidat en campagne, cerner au plus près les névroses et contradictions d'un hyper-président, qui affleurent à chaque page. Et, pourquoi pas, faire surgir, depuis le cœur de la grammaire sarkozyste, d'autres possibles.

Extrait 1 (page 11)



Extrait 2 (page 15)


L'original de la lettre au peuple français est ici. Sa relecture par Ronan Letourneur est ici.

L'entreprise (qui se double d'une performance) rappelle celle d'Eric Baudelaire qui avait choisi, en 2009, de détourner le jargon de la presse financière. Le plasticien et photographe avait, lui, évidé les pages du Wall Street Journal publiées en septembre 2008, mois monstrueux pour tout trader qui se respecte, associé à la faillite du géant bancaire Lehman Brothers aux Etats-Unis. Avec un crayon rouge, il a encadré des mots, au fil des tribunes et articles sur la crise, pour former les vers d'un classique de Paul Verlaine, Chanson d'automne. Là encore, une technique de détournement, pour faire advenir, depuis le marasme, d'autres idéaux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.