Ludovic Lamant
Journaliste
Journaliste à Mediapart

49 Billets

6 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2008

Une bible pour comprendre l'ascension des pays émergents

Face à la crise, le Sud commence à hausser le ton. Réunis à New Delhi mercredi 15 octobre, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud s'en sont pris sans détour aux grandes puissances occidentales, coupables à leurs yeux d'avoir déclenché la crise économique mondiale. «Ceux qui nous ont enseigné les meilleures recettes financières ont été incapables de sauver leur propre système financier», s'est emporté Kamal Nath, ministre indien du Commerce (souvent désigné, accessoirement, comme le principal responsable de l'échec des négociations de l'OMC à Genève, cet été).

Ludovic Lamant
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Face à la crise, le Sud commence à hausser le ton. Réunis à New Delhi mercredi 15 octobre, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud s'en sont pris sans détour aux grandes puissances occidentales, coupables à leurs yeux d'avoir déclenché la crise économique mondiale. «Ceux qui nous ont enseigné les meilleures recettes financières ont été incapables de sauver leur propre système financier», s'est emporté Kamal Nath, ministre indien du Commerce (souvent désigné, accessoirement, comme le principal responsable de l'échec des négociations de l'OMC à Genève, cet été). Tout un symbole : alors que les pays du Nord peinent à se coordonner, englués dans une crise dont ils ne voient pas la fin, les géants du Sud parlent d'une seule voix, pour constater les errements de l'Europe et des Etats-Unis ces dernières années.

© 

C'est peu dire, dans ce contexte électrique, que le livre dirigé par Christophe Jaffrelot aux Presses de Science Po, Les Pays émergents, et qui paraît ce jeudi en librairie, tombe à pic. Sans rien renier de l'extrême hétérogénéité de cette famille d'Etats de plus en plus puissants, l'ouvrage tente de faire le tour de la question, en mêlant approches économiques et géopolitiques, et apporte un peu de profondeur aux débats. Démarché risquée autour d'une notion suspecte, fortement teintée d'évolutionnisme : à première vue, les «émergents», catégorie inventée par le monde économique des années 80, séduit davantage les médias que les universitaires. Il va donc falloir «déconstruire l'objet du délit», prévient Jaffrelot, directeur du Centre d'études et de recherches internationales (Ceri). C'est que l'ensemble des mots utilisés pour parler du «développement» sont piégés. Non seulement leur définition est souvent «flottante», sans «homologation internationale», observent les économistes Jean-Jacques Gabas et Bruno Losch. Mais surtout, l'«émergence», parce qu'«elle exprime la reconnaissance d'un statut, celui de nouvel arrivant dans l'antichambre de la cour des grands», témoigne d'une vision trop linéaire et européo-centrée de l'Histoire.

Plongée dans un «archipel planétaire»

Afin de dépasser ces difficultés, l'ouvrage privilégie par endroits le «temps long», replaçant à l'échelle du siècle tout entier le décollage des puissances du Sud observé ces dernières années (lire notamment la stimulante analyse du «grand jeu» asiatique, où l'émergence de la Chine et de l'Inde est vue comme une «réémergence», un «retour de l'Histoire»). Mieux, Jaffrelot et son équipe proposent de mettre de côté, par moments, le cadre national : «L'image du pays émergent, héritée de la vision des Etats nationaux qui a structuré les cinq derniers siècles, est-elle la plus pertinente ? La perspective actuelle ne serait-elle pas plutôt celle d'une constellation de territoires, grandes métropoles ou zones spéciales, reliés entre eux par des réseaux d'information et de communication ?»

Pour se frayer un chemin dans cet «archipel planétaire» des émergents, dans la lignée lointaine de l'«économie-monde» chère à Fernand Braudel, l'ouvrage adopte une définition assez restrictive, qui se concentre surtout sur six ou sept pays à peine, sans surprise (les quatre BRIC - Brésil, Russie, Inde, Chine - ainsi que l'Afrique du Sud, le Mexique et la Turquie). En résumé, les émergents sont des «late-comers» (ils sont venus tard au développement, souvent retardés par la colonisation). Ils enregistrent aujourd'hui une forte croissance, bien plus forte que celle des pays du Nord. Et leur performance économique menace l'ordre établi des pays développés (voir l'épisode, symbolique, du rachat de Jaguar et Land Rover par Tata, en mars 2008). Même si, comme le rappelle Pierre Hassner, citant le cas du Venezuela, «il y a d'autres manières d'émerger, pour les Etats, que la puissance économique».

La «Chinafrique» revisitée

© 

A cheval entre le manuel scolaire clair et pédago, et le travail de recherche dense et rigoureux, le livre décline une poignée de trajectoires nationales, puis multiplie les approches croisées (quelques pages bienvenues sur la «régionalisation sans effet» de l'Amérique latine, par Olivier Dabène, d'autres fouillées sur le décryptage des stratégies des émergents dans le cadre du Gatt puis de l'OMC). Roland Marchal, du Ceri, revient sur l'offensive de la Chine en Afrique, déployant une thèse qui nous paraît moins ambitieuse mais plus solide que celle du best-seller La Chinafrique (dont on a déjà beaucoup débattu sur Mediapart, ici et ). Plus rare, un texte sur les présences chinoises et indiennes en Amérique latine souligne le risque d'une trop forte spécialisation du continent dans l'exportation de ses matières premières.

On conseillera aussi l'entretien avec l'économiste Robert Boyer, qui croit discerner l'émergence, après le consensus de Washington (imposé par la Banque mondiale à bon nombre de pays en développement, au cours des années 90) et le consensus de Pékin (cette alliance entre secteurs public et privé si spécifique au capitalisme chinois des années 2000), d'un nouveau schéma de développement, du côté des gouvernements de gauche latino-américains, illustré par le mot d'ordre du Brésilien Lula, «croissance avec équité».

* Les pays émergents, sous la direction de Christophe Jaffrelot, collection L'enjeu Mondial, Presses de SciencesPo/Ceri, 380 pages, 30 euros.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart