Nous le peuple !

Invité du blog : Guillaume Robin, informaticien bénévole pour le m6r, revient sur les débuts de la plateforme de débat. (Voir son blog : https://guillaumerobin.github.io/)

22-12-2014

Ce post revient sur le lancement de Nous le peuple, le réseau citoyen du M6R. Il traite de la manière dont devrait s’incarner le mouvement dans l’objectif de rendre majoritaire l’idée d’une 6ème République.

Affiche M6R : Ils ont le chiffre, on a le nombre

Nous le peuple a été lancé il y a presque deux semaines. Depuis le 10 décembre, 6372 personnes se sont inscrites sur le site.1 À titre de comparaison, la salle de discussion du mouvement espagnol Podemos compte 8317 membres sur Reddit.2 Le site a connu un beau lancement. Il y a eu plusieurs centaines d’inscrits dès la première heure. Le nombre n’a cependant véritablement explosé que le lendemain. Le déclencheur fut l’envoi d’un mail à toutes les personnes qui avaient déjà signé l’appel pour une assemblée constituante.

Cela nous apprend une chose. Nous sommes nombreux à être impatients face à chaque nouvelle étape du mouvement. Mais la visibilité des plus actifs ne doit pas occulter le fait que la participation collective se construit lentement. Tout le monde n’a pas forcément beaucoup de temps libre à consacrer à des débats sur un réseau citoyen, fût-il ouvert à toutes et tous et horizontal. Certains se tiennent quotidiennement informés par les réseaux sociaux,3 ou tout simplement par la page d’accueil du mouvement. Leur travail doit donc être de tenir au courant les autres, et de leur parler des avancées. Pas pour exiger que tout le monde participe au niveau le plus élevé. Mais pour que chacun prenne le goût de passer une fois de temps en temps sur le réseau, lire et voter pour quelques articles, avant de retourner à ses propres affaires.

La forme que doit prendre la vie de la plate-forme est une question cruciale. Les premiers jours, elle a rempli assez bien sa fonction initiale, être une machine à débattre. Certains articles ont enregistré plusieurs centaines de votes. Les articles présentés sur la page d’accueil ont d’abord été les articles les mieux notés de la semaine. Pour permettre une rotation du contenu, il a fallu les remplacer au bout de deux jours par les articles les mieux notés de la journée. Au total, les deux articles qui ont suscité le plus de réactions positives parlaient de la révocation des élus et du salaire maximum. Cela montre vers où les gens veulent aller. Je suis personnellement en accord avec ces deux propositions. Mais il ne faut pas que l’objectif des participants actuels soit de se rassurer. Il nous faut rassembler de nouvelles personnes.

Grafiti M6R : Ni Hollande, ni Sarko, ni Le Pen, m6r.fr

Les articles postés ces jours-ci entraînent moins de débats. Ils commencent à concerner des sujets très spécifiques. D’autres thèmes se répètent, déjà évoqués les jours précédents. Mais disparus de la page d’accueil, des personnes postent à nouveau des messages similaires. C’est le cas par exemple pour la prise en compte du vote blanc, comme le montre une recherche sur ce terme. Le logiciel est loin d’être parfait et il doit évoluer. J’y reviens plus bas.

Exister collectivement

Il faut être clair néanmoins. Il n’y a pas d’utopie numérique. Aucun outil ne constitue en soi la solution à un problème politique. On peut construire la meilleure application de forum en ligne, avec le fonctionnement le plus démocratique et un système de vote révolutionnaire. Si l’idée de changer n’est pas majoritaire, et que personne n’adopte la plate-forme, rien n’est fait concernant le problème politique. Nous devons penser les outils par rapport à nos objectifs.

Comment rendre l’idée de la 6ème République majoritaire dans la société ? Il faut que du M6R émane quelque chose de visible et de tangible pour toutes et tous, et pas seulement pour lui-même. L’expérience des visuels citoyens est pour moi exemplaire. Lors de la manif en ligne organisée le 12 novembre dernier, beaucoup de gens ont partagé des images appelant à signer pour la 6ème République. La diversité de la production graphique montre à quel point notre mouvement fédère et repose sur la contribution de tout le collectif. Certains de ces visuels illustrent ce post. Je ne sais pas qui les a produits, mais je les trouve très réussis.4

Affiche M6R : Brisons les vieux engrenages, changeons les règles du jeu

C’est l’informatique et internet qui permettent que la représentation graphique de notre mouvement soit produite collectivement. Non seulement nous pouvons communiquer, mais l’utilisation d’outils de traitement d’image est accessible à beaucoup plus de monde.5 C’est quelque chose de nouveau et nous devons en avoir conscience. Le collectif est partout l’option que nous devons prendre. Ce qui n’était pas possible auparavant en terme d’horizontalité peut le devenir grâce à internet. C’est parce qu’on réalise tout d’un coup que c’est possible que cela se transforme en exigence. Le M6R a effectivement des expériences nouvelles à mener dans ce domaine.

La première fonction à venir doit être de s’organiser pour se rencontrer localement. Il est déjà possible de poster des messages dans les sous-catégories départementales. Mais le système n’est pas très pratique à utiliser. Combiner une carte et un calendrier serait l’idéal. Nous ferons de notre mieux.

Cela nécessite des compétences techniques. Le plus possible, il faut que nous mettions nous même en place nos outils. Nous investissons bien sûr les espaces existants sur les réseaux. Nous y donnons à voir le collectif. C’est ce qui nous permettra d’atteindre les 100 000 signatures. Mais pour ce qui concerne l’auto-organisation du mouvement, nous sommes hébergés sur nos propres serveurs, et ne dépendons pas d’une plate-forme tierce.

Améliorer la plate-forme

J’ai lu plusieurs remarques concernant l’ergonomie de la plate-forme. D’abord, quelques bugs ont été signalés. Certains sont déjà résolus, d’autres en cours de résolution. Les autres remarques concernent ce qui pourrait marcher différemment. Beaucoup de gens reviennent sur le manque d’efficacité du système de catégories. Il n’est certes pas assez fin. C’est lié aussi au problème des doublons. La solution passe probablement par un système detagdes contributions qui doit être mis plus en avant.

Parodie tintin : Cours Milou ! Le vieux monde est derrière nous ! Et la 5ème aussi !

Le réseau Nous le Peuple doit de toute de façon évoluer. Son existence dépend matériellement de deux choses. Il faut de l’argent pour louer les serveurs, et des informaticien-ne-s pour le faire fonctionner et lui apporter ses fonctionnalités. Pour les sous, les premiers résultats du financement participatif lancé hier sont rassurants. Pour les informaticien-ne-s, Nous le Peuple est déjà sur Github, une plate-forme de développement participatif. Tout programmeur peut proposer de modifications au code source de l’application. Parmi celles et ceux qui en ont les compétences, il faut que le plus grand nombre de contributeurs se mettent à l’ouvrage si nous voulons avancer. Un petit groupe a déjà pris cette habitude. Nous continuerons à mettre les outils en place pour faciliter la participation. Pour les lecteurs avertis, je ferai bientôt un post sur les points plus techniques.

  1. Pour les geeks : https://www.m6r.fr/api/stats/show/pligg-signatures

  2. Je viens de m’y abonner, donc 8318.

  3. Sur Facebook, Twitter, et même Google+.

  4. D’ailleurs, si tu lis ces lignes et que tu as produit un de ces visuels, envoie moi un mail !

  5. Si quelqu’un a un bon tutoriel pour Gimp (ou autre logiciel libre) à conseiller, on pourrait mettre un lien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.