Dans le nord de l’Irak, «un désastre humanitaire et sécuritaire est imminent»

Dans une déclaration conjointe, 25 organisations alertent la communauté internationale sur la situation dramatique dans les camps de déplacés en Irak, où vivent près d’1,8 millions de personnes selon les Nations Unies.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, la situation dans les camps de déplacés irakien ne fait qu’empirer. L’effondrement économique du pays, l’absence de gouvernement et la crise sanitaire font craindre le pire.

Le retrait des troupes de la coalition internationale, censé épauler Bagdad dans sa lutte contre l’Etat Islamique, et les restrictions de l’action humanitaire depuis le confinement, ont plongé des milliers de déplacés irakiens dans un vide sécuritaire et sanitaire alarmant. D’autant plus que l’Etat Islamique, dans sa lettre d’information hebdomadaire Al-Naba début avril, appelait ses membres à profiter de cette situation pour « attaquer et affaiblir les infidèles».

Camp de déplacés Yézidis en Irak. © Alice Aedy/Nobody's Listening Camp de déplacés Yézidis en Irak. © Alice Aedy/Nobody's Listening

Plusieurs organisations internationales ont décidé d’adresser des recommandations aux Nations Unies, à l’OMS et aux autorités irakiennes jeudi 16 avril, dans une déclaration conjointe. Ces organisations mettent l’accent sur le terrible impact psychologique du Covid-19 sur "les communautés à risque comme les Yézidis, les Turkmènes ou les Chrétiens."

"Le COVID-19 a entraîné la suspension du peu d’aide psychologique disponible [...]"

Cette situation n’est pas nouvelle, notamment chez les Yézidis, mais risque d’empirer. "Avant le début de la crise, Médecins Sans Frontières sonnait l’alarme sur la situation dramatique de la santé mentale des Yézidis dans le pays, notamment avec un nombre grandissant de suicide. La totalité de la population Yézidie étant confronté au traumatisme laissé par le génocide, certains ont montré des signes de difficultés psychologiques sévères. […] Le COVID-19 a entraîné la suspension du peu d’aide psychologique disponible [...] et deux personnes se sont immolés récemment. De nombreux autres ont fait des tentatives de suicides mais ne sont pas rapportés à cause du tabou autour de ce sujet."

Les organisations stipulent également que de nombreux Yézidis souhaitent retourner dans leur région d’origine, au Sinjar, dont la ville du même nom a été détruite à 70% par les combats avec l’Etat Islamique en 2014 et 2015. "La sécurité, les infrastructures et les services basiques n’y sont pas assurés. ( Au Sinjar ndlr) Il n’y a que deux hôpitaux et un ventilateur pour répondre aux besoins des quelques 160.000 habitants de la région."

"il est impossible de connaître l’étendue de la pandémie"

Le nord de l’Irak doit également faire face à l’absence totale de dépistage face au Covid-19. "Aujourd’hui, il est impossible de connaître l’étendue de la pandémie parce qu'aucune forme de tests n’est pratiqué dans les camps".

Au terme de cette déclaration, plusieurs recommandations sont portées par les 25 ONG, notamment pour que l’OMS fournisse des tests de dépistage du Covid-19 à tous les camps de personnes déplacées en Irak, pour établir un plan de crise psychologique comprenant un volet de prévention du suicide, et en appelant à accélérer les efforts pour traduire les combattants de l’état islamique en justice. Retrouvez l’ensemble de la déclaration et les recommandations ici.

Les 25 signataires :

1. Aegis Trust (Rwanda/Royaume-Uni)
2. Air Bridge Iraq - Luftbrücke Irak (Allemagne)
3. Asia-Pacific Centre for the Responsibility to Protect (Australie)
4. Assyrian Policy Institute (Etats-Unis)
5. Center for Justice and Accountability (Etats-Unis)
6. Central Council of Yazidi in Germany - Zentralrats der Êzîden in Deutschland (Allemagne)
7. Free Yezidi Foundation (Pays-Bas)
8. Genocide Alert (Allemagne)
9. International Coalition for the Responsibility to Protect (Etats-Unis)
10. International Council for Diplomacy and Dialogue (France)
11. Iraqi Christian Relief Council (Etats-Unis)
12. Jiyan Foundation for Human Rights (Irak)
13. Minority Rights Group International (Royaume-Uni)
14. Montreal Institute for Genocide and Human Rights Studies (Canada)
15. Nadia’s Initiative (Etats-Unis)
16. Nobody’s Listening (Royaume-Uni)
17. Religious Freedom Institute (Etats-Unis)
18. Sanabel Al-Mostaqbal Organization for Civil Society Development (Irak)
19. Society for Threatened Peoples - Gesellschaft für bedrohte Völker-International (Allemagne)
20. Trauma Treatment International (Royaume-Uni)
21. Turkmen Rescue Foundation (Irak)
22. Voice of Ezidis (France)
23. Women’s Refugee Commission (Etats-Unis)
24. World Federalist Movement - Institute for Global Policy (Etats-Unis)
25. Yazda (Etats-Unis)

 

Justin Carrette

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.