LuttePodcast Episode 2 : la "marche de la colère" face au mal-logement à Marseille

[Podcast] « Qui sème la misère, récolte la colère ». Le 5 novembre 2018, 8 personnes ont perdu la vie à la suite de l’effondrement d’immeubles vétustes rue d’Aubagne à Marseille. Un an après, entre 6700 personnes selon la police, 15 000 selon les organisateurs, ont défilé dans le centre-ville en mémoire des victimes et pour pointer du doigt l’inaction de la mairie depuis 1 an.

 

LuttePodcast Episode 2 : la "marche de la colère" © Justin Carrette

En tête du cortège on retrouve les familles de victimes, qui tiennent une banderoles et reprennent les slogans du speaker.

« Pour la rue d’Aubagne, justice et vérité! » 1min

Les familles de victimes, en tête de cortège avec une banderole "ni oubli, ni pardon". © Justin Carrette Les familles de victimes, en tête de cortège avec une banderole "ni oubli, ni pardon". © Justin Carrette
 

De nombreuses associations de quartiers, où le mal logement est également un problème, sont présentes. Naïr Abdallah, membre du collectif de la cité Maison Blanche s’est arrêté au micro.

« On est tous solidaires entre nous, et c’est grâce à cette solidarité qu’on survit tout simplement. » 2min25

Les Gilets Jaunes font aussi parti du cortège comme Annie et Alain. Leurs présences à cette manifestation est une évidence pour eux.

« On se bat contre toutes formes d’inégalités. En voila une qui est sous notre nez dans la rue d’Aubagne, pourquoi on serait pas là? […] On se bat pour les droits de l’être humain. » 2min55

Des Gilets Jaunes lors de la "marche de la colère" © Justin Carrette Des Gilets Jaunes lors de la "marche de la colère" © Justin Carrette

Les responsables d’associations, de mouvements et de collectifs s’échangent la parole avec le micro du char de tête pour faire entendre leurs revendications.

« Nous avons le droit de décider collectivement de l’avenir de nos quartiers. Là où on dort, où on mange, où on se rencontre, où on s’aime, où on vit mais pas là où on meurt sous les immeubles, pas là où on meurt à sa fenêtre pour rien (ndlr Zineb Redouane) » 5min49

Nous avons couvert la manifestation, du Cours Julien, en passant par la rue d’Aubagne jusqu’à la mairie, sur le Vieux-Port.

 

A vos écouteurs !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.