LuttePodcast Episode 6: le «Zadok», occupation éphémère, convictions durables

[Podcast] Sur la presqu’île André Malraux à Strasbourg, les militants qui occupaient le Shadok, « la fabrique du numérique de l’Eurométropole », ont été délogés à 6h du matin samedi 21 décembre par les forces de l’ordre. Ils voulaient inventer une autre manière de vivre ensemble en se réappropriant l'espace public.

LuttePodcast Episode 6 : le Zadok © Justin Carrette

J’ai passé quelques heures dans ce lieu vendredi soir, juste avant l’évacuation. L’occasion de discuter avec certains militants, comme Léo, des convictions et aspirations qui sont portés ici.

« C’est une lutte écologiste, anti-raciste et anti-patriarcat » 3min

 

Le logo du Shadok détourné © Justin Carrette Le logo du Shadok détourné © Justin Carrette

 

 

 

Le rez-de-chaussée et le premier étage sont occupés par les militants. Le deuxième étage est un espace de co-working, où certains continuent d’y venir travailler et cohabitent avec les nouveaux occupants du Shadok.

« J’espère que ça va tenir. Que ça va tenir tout janvier au moins parce que de toute façon il ne se passera rien au mois de janvier. » 6min25

Ce lieu auto-géré repense la démocratie, la prise de décision et la vie en communauté. Même si l’expulsion était envisagée, elle porte un coup d’arrêt à ce projet. Le « Zadok » aura vécu seulement trois jours. Trois jours qui auront néanmoins suffi à élaborer un projet commun et à réinventer collectivement notre manière de vivre ensemble.

Zadok "start up du vivre ensemble" © Justin Carrette Zadok "start up du vivre ensemble" © Justin Carrette

« C’est une manière d’expérimenter ce que l’on aimerait voir advenir dans la société »

Le maire de Strasbourg, quant à lui réagi ce matin dans un communiqué  » […] il n’y a pas de démocratie sans respect du droit. C’est un principe fondamental, et c’est pourquoi nous ne souhaitions pas voir une telle situation se pérenniser. »

A vos écouteurs !

Réalisation : Justin Carrette

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.