[Photo-sonore] Sit-in étudiant à Toulouse, «combien de suicides faudra-t-il?»

Jeudi 21 janvier, des centaines d'étudiants ont manifesté place du Capitole à Toulouse. Face à l'extrême précarité économique et psychique de leurs situations, ils demandent la réouverture des universités. Les appels à la mobilisation se multiplient pour s'auto-organiser, se soutenir et s'opposer aux « mesures liberticides ». Plusieurs d'entre eux/elles se sont livré.e.s au micro et à l’objectif.

A l'appel du collectif des étudiantes féministes 31, des centaines d'étudiant.e.s ont rejoint la place du Capitole ce jeudi 21 janvier. Assis par terre, ils se sont relayés pour parler devant la foule et partager leurs situations, leurs revendications et leur mal-être, mais surtout pour clamer leur détermination. Un moment collectif primordial pour celles et ceux qui sont parfois privé.e.s depuis plus d'un an des cours en présentiels et de l'émulation des universités.

Des centaines d'étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette Des centaines d'étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette

Juliette, qui étudie à SciencesPo Toulouse, est l'une des organisatrices de ce rassemblement. "Personne pense à nous"

Sit-in étudiant à Toulouse. Juliette, à SciencesPo © Justin Carrette

Leia, en L3 de géographie a témoignée devant la foule. "Les étudiants qui se suicident ca me touche beaucoup. Ca aurait pu être mes amis, ca aurait pu être moi."

© Justin Carrette

Trois étudiantes en première année à l'Université, les deux Eva, à droite et à gauche de la photo ont témoigné. © Justin Carrette Trois étudiantes en première année à l'Université, les deux Eva, à droite et à gauche de la photo ont témoigné. © Justin Carrette

 Eva, en L1 d'anthropologie. "On a besoin de voir du monde"

© Justin Carrette

 Eva, en licence LLCE. "L'organisation est nulle. Pour les partiels c'est une catastrophe."

© Justin Carrette

Rachel à gauche et Mathéo à droit lors du sit-in étudiant au Capitole. © Justin Carrette Rachel à gauche et Mathéo à droit lors du sit-in étudiant au Capitole. © Justin Carrette

Rachel, en licence de philosophie. "Il faut qu'on retrouve notre fac. C'est pas évident quand tu vis dans un 9m² comme moi".

© Justin Carrette

Mathéo, en L3 de sociologie. "Moi je sais que je vais redoubler. J'arrive pas à suivre les cours en visio, je tiens 5 minutes."

© Justin Carrette

 

Damien à gauche, Lucile au centre, et X à gauche, trois étudiant.e.s en master. © Justin Carrette Damien à gauche, Lucile au centre, et X à gauche, trois étudiant.e.s en master. © Justin Carrette

X (anonyme), en dernière année d'école d'ingénieurs. "Le savoir ne peut se transmettre que par l'humain. C'est ce qui différencie l'information du savoir".

© Justin Carrette

Lucile, en master de Droit. "On peut comprendre que l'enfermement ca puisse mener à vouloir se jeter par la fenêtre".

© Justin Carrette

Damien, en master de Droit. "Qu'on laisse les facultés et les directeurs de masters décider au cas par cas de rouvrir ou non".

© Justin Carrette

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.