Métaphore Musicale

L'autre matin, j'écoutais attentivement notre cher Président, interrogé par Patrick COHEN et Pascale CLARK, mon attention fut surprise au détour d'une réponse sirupeuse, d'entendre, une métaphore musicale, incongrue dans la bouche de notre inénarrable Nicolas qui nous avait plutôt habitué à des phrases nettement plus abruptes du genre « casse-toi pauv' c.. ». Cela m'a laissé une étrange impression, elle ne collait avec le reste du discoure, cette métaphore musicale ne semblait pas réellement destiner aux auditeurs de France-Inter...

 

J'ai laissé mon esprit divaguer et une petite saynète est venue doucement s'installer dans mon imaginaire. J'ai la plaisir de la partager avec vous..

 

Plantons le décors : Nicolas est debout en pyjama devant sa glace de salle de bain admirant dans le miroir, son mâle visage buriné par les soucis de sa charge et surtout de la campagne. La porte est ouverte et donne sur la chambre a coucher, où sur un le lit conjugal, s'étend lascivement la première dame de France.

 

Dialogue :

 

Nicolas : Tu vas voir ma Carlita, ce gauchiste de « Cohen » va encore m'faire chier a m'poser des questions sur les frégates, Tiakédine, Bettencourt et mes autres casseroles. S'il me chauffe trop, j'vais t'le faire virer comme le « Porte » et l'autre trublion…

Carlita : Ne t'énerve pas mon chouchou, tu risques un malaise vagal et puis tu sais, il faut te mettre dans la tête que tout cela fait partie de « la mélodie de la vie »...

Nicolas : C'est jolie c'que tu viens dire, c'est dans « la Princesse de Clèves » ?

Carlita : Mais non, mon chouchou, c'est de moi, qui est trouvé cette jolie formule.

Nicolas : Pourtant, j't'assure, j'crois bien m'souvenir de..

Carlita (coupant la parole au Président) : Chouchou, cela ne se peut, tu n'as jamais ouvert ce livre.

Nicolas : T'es sûre ?

Carlita : Certaine

Nicolas : Si tu l'dis alors..., tiens pour m'faire pardonner cette gaffe, j'vais glisser ta jolie formule dans une réponse que j'vais faire à la « Clark », elle en tombera sur le cul...et j'suis sûr que ça f'ra le buzz...

Carlita : Tu es machiavélique mon chouchou...

 

C'est ainsi que j'ai découvert la véritable raison qui amena notre lettré Président a glisser subrepticement, le sourire au coin des lèvres, cette métaphore musicale, coquelicot (bleuet serait plus approprié, a cause de la couleur) fleurissant au beau milieu d'un buisson d'orties (métaphore horticole).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.