Lyas Hallas
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2014

A Alger, Erdogan appelle le monde Arabo-musulman à refuser l’ingérence étrangère

Lyas Hallas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan joue la fibre « fraternelle » et appelle, à partir d’Alger, à fédérer les nations arabo-musulmanes de l’ancien empire Ottoman pour faire face au danger occidental et conquérir les marchés internationaux.

«Eau apportée ne fait pas tourner le moulin ». Recep Tayyip Erdogan, en visite ce mercredi à Alger, pour une première sortie officielle en tant que président de la République Turque, a fait appel à ce proverbe turc pour dire aux Arabo-musulmans de l’ancien empire ottoman, que les responsables portés au pouvoir par les avions et chars de l’Occident ne peuvent résoudre les problèmes dans lesquels se débattent leurs pays. Abordant les changements politiques qui interviennent dans la région, le président Erdogan a estimé, à la clôture du forum d’affaires algéro-turc tenu à l’hôtel Sheraton Club des Pins en marge de sa visite, que « les solutions importées ont tendance à compliquer les problèmes ». « Le monde connaît de grands changements notamment au Moyen-Orient et en Afrique du nord (MENA). Qui doit diriger ces changements, les citoyens de ces pays ou des puissances étrangères ? Quand nous importons des solutions, nous ne réglons pas les problèmes. Les solutions importées rendent les solutions plus complexes », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « La région (MENA, Ndlr) gâche ses richesses à cause de problèmes préfabriqués. Pourquoi la Libye ne peut pas utiliser son argent pour financer ses investissements ? Ce qui se passe en Libye, par exemple, est tragique. Selon les chiffres en notre possession, chiffres établis il y a quelques mois, ce sont 170 milliards de dollars qui appartiennent à la Libye qui sont aux mains d’autres pays ».

« Ce n’est pas une question d’importations ou d’exportations »

De la Libye, Erdogan passe à la Palestine pour mieux chauffer l’assistance composée d’hommes d’affaires : « Nous ne pouvons considérer les problèmes de nos frères comme de potentiels intérêts pour nous ! La mosquée Al-Aqsa vient d’être agressée par les Israéliens. Pouvons-nous ainsi dire que la cause palestinienne ne nous regarde pas ? C’est plutôt une agression contre la Turquie. Et l’Algérie également. Parce que la mosquée Al-Aqsa n’appartient pas uniquement aux Palestiniens. C’est notre lieu sacré à tous ! ».
Se voulant fédérateur, le président turc dénonce les interventions militaires en Syrie et en Irak : « Pouvous-nous accepter que les bottes de la soldatesque salissent les terres de Syrie, de l’Irak, de la Libye ou de l'Égypte ? Nos frères irakiens, syriens, libyens et égyptiens ont le droit du frère sur son frère. Nous devons préserver notre fraternité, il y va de la stabilité de nos pays. Aucun de nos frères ne doit vivre dans la peur des bombardements. Il est de notre responsabilité de se solidariser avec eux. La Turquie fait de son possible pour consolider des relations basées sur la solidarité et le partage entre tous nos frères pour qu’ils puissent jouir de leurs richesses ». Et, pour revenir à l’objet de sa visite en Algérie, la première en Afrique, a-t-il insisté, Erdogan souligne : « Ce n’est pas uniquement une question d’exportation ou d’importation. Quand l’Algérie est confrontée à un mal, la Turquie ressent la même douleur. La fraternité passe avant les échanges commerciaux. Et de notre côté, nous ferons ce qu’exige de nous cette fraternité ».

L’Algérie sur la bonne voie « sous le commandement de Bouteflika »

Erdogan n’a pas manqué d’apporter son soutien au président Abdelaziz Bouteflika avec lequel il s’est entretenu avant de venir présider à la clôture des travaux du forum d’affaires : « Je remercie mon cher frère Abdelaziz Bouteflika pour l’invitation et je lui souhaite un prompt rétablissement. J’ai beaucoup appris de mon entrevue avec lui. Il s’est érigé depuis longtemps comme un des repères de ce monde et personnellement, je veille à bénéficier de son expérience. L’Algérie est dans nos cœurs. C’est une sœur qui nous a toujours soutenus ». Il n’a pas manqué non plus d’appeler les hommes d’affaires turcs à « venir investir en Algérie » et le gouvernement algérien à « effacer les frontières avec la Turquie ». « L’Algérie est un pays qui a pu préserver sa stabilité, elle est sur la bonne voie sous le commandement de mon frère Abdelaziz Bouteflika. Je crois néanmoins que le niveau d’excellence auquel s’est hissée la relation entre l’Algérie et la Turquie reste insuffisant au vu du potentiel à exploiter. Le volume des échanges commrciaux entre nos deux pays s’est multiplié par 5 en si peu de temps, d’un milliard à 5 milliards USD. Nous devons effacer les frontières entre nous pour le porter bientôt à 10 milliards », a-t-il appelé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND