Lycéen.ne.s Hélène Boucher Mobilisé.e.s

Suite aux évènements de violences intervenues le 17 janvier devant notre lycée pour évacuer un blocus, un rendez-vous entre l'administration du lycée Hélène Boucher à Paris et nous, les élèves, a été pris. Nous avons écrit une lettre donnant notre point du vue de ce rendez-vous.

Paris, le 23/01/2020

Bonjour à toutes et tous,

 

Nous avons discuté ce mercredi 22 janvier 2020 avec l'administration de notre lycée pour lui demander les choses suivantes :

  1. que la police ne soit plus appelée lors de nos blocus
  2. que toutes les sanctions soient levées et que ce moyen de pression ne soit plus utilisé contre nous
  3. que les cours de vendredi après-midi (24/01/2020) soient banalisés pour que nous puissions aller manifester
  4. nous demandions également une salle régulière pour discuter plus en profondeur de notre mouvement
  5. ainsi que des moyens permettant d’informer les élèves du lycée

 

Lors de cette discussion nous avons eu le sentiment de ne pas pouvoir nous exprimer comme nous le voulions. Plus largement nous avons eu l’impression de ne pas être écoutés. Suite à cette « discussion » nous avons seulement obtenu les points 4 et 5. Quant aux sanctions, elles ne seront pas inscrites dans notre dossier ParcourSup mais l'administration les maintient. Tout cela à condition que nous ne fassions plus de blocus.

Nous considérons cela comme un échec partiel.

Au-delà de cet échec, le vendredi 24 janvier 2020 est une journée de mobilisation nationale et nous comptons répondre présent. C’est pourquoi, nous avons décidé de bloquer le lycée ce jour là, non pas pour protester contre l'administration et ses méthodes répressives mais pour montrer que nous sommes toujours mobilisés contre la réforme du bac et les E3C, la précarité étudiante, la réforme des retraites, les violences policières et tant d’autres choses que nous trouvons révoltantes !

Cette décision a été prise de notre plein gré, de façon démocratique et sans influence de toute personne extérieure au lycée. Nous prenons dès aujourd’hui nos responsabilités et mesurons les conséquences de notre action. La présence de parents d’élèves est essentielle afin de garantir notre sécurité face aux forces de l’ordre et à l’administration. Tous les médias (hormis BFMTV) sont les bienvenus.

Nous souhaitons bien évidemment un blocus pacifique et tenons à réitérer notre opposition à tout acte de violence.

Nous rappellerons enfin, que le blocus est une nécessité par manque de moyens efficaces pour nous faire entendre. Le blocus n’est donc pas une réponse puérile à une administration sourde mais un devoir que nous considérons légitime et nécessaire. En effet nous ne disposons (pour l’instant) d’aucun autre moyen d’action aussi efficace. Nous entendons également qu’il est impératif que nous diversifions nos moyens d’action.

 

Bien à vous,

Les lycéen.ne.s d’Hélène Boucher en lutte

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.