Des bras d'honneur et le «plaisir» de Mme Le Pen

 

« On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui » dit Pierre Desproges. En effet, on peut rire de tout avec tout le MONDE, sauf avec Le PEN.
Ce dimanche qui vient de passer, sur BFMtv, Marine Le Pen, elle, a déclaré, suite aux bras d'honneur des deux que l'on sait, que « nous allons pas se réconcilier avec l'Algérie ».
Marine Le Pen qui ne sait et n'a su encore, regarder en face la seconde guerre mondiale pour se réconcilier avec une partie de ses propres compatriotes envoyés dans des fours, au feu et dans les bras sanguinaires des nazies, enfants, femmes, vieillards et vieilles, « un détail de l'histoire », que peuvent attendre dans ce cas là les algériens qui d'ailleurs ne s'adressent guerre à elle ou à l'autre. L'homme au kanif révélé il y a quelque temps déjà par Le Monde.

Une ignominie, une inhumanité froide et glaciale, à l'évoquer seulement, elle nous fait encore froid dans le dos, que Marine Le Pen n'a jamais osé condamner, condamner clairement cette bestialité historique, sauvagerie barbare que notre humanité n'a jamais connue. Avoir un moment une pensée claire et formulée, un pincement au coeur du coeur à propos de cette abjection et abomination de feu et du charbon au milieu des citoyens juifs de France, niet, il n'en est rien pour le double Le Pen. Marine, dans le style montant tente de tenir tête à la mode descendante, elle barbote et bafouille. Sans que ce progrom soit assumé. L'Histoire est rien sinon des Hommes qui se regardent en face.
Ce n'est donc que cela. Dans tout cela, le propos de Marine, pour les algériens n'est qu'un propos réglé en coulisses par les rouages besogneux et pernicieux.

Pour Marine Le Pen, en finir avec cette histoire anamnésique et cette perpétuelle guerre de mémoires n'est qu'une affaire de « sou » de Bouteflika, dit-elle. Que subsistera t-il de sens après cette orgie...

Mes camarades m'ont appris comment être internationaliste face à un nationaliste myope, trotskyste au stalinien, juif face à un antisémite; désormais, Boutflikiste face aux double Le Pen. Et qu'ils se rassurent que ni Bouteflika ni ceux qui vont lui succéder ne viendront leur faire les poches. Aucun sou et aucune fortune n'ont valeur d'Abane et Ben M'hidi.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.