Le premier ministre turc donne une leçon de courage aux dirigeants arabes

1_995273_1_34.jpg

Le premier ministre turc Tayyip Erdogan, dans son discours au peuple turc aujourd’hui le 1 juin 2010, a critiqué sévèrement le gouvernement israélien, qualifiant le « crime » qu’il a commis contre des navires dans les eaux territoriales internationales d’acte méprisable dont il devrait payer le prix.

Erdogan a exigé d’Israël de lever immédiatement le siège inhumain imposé à la bande de Gaza tout en rappelant la poursuite du soutien de la Turquie au peuple palestinien et aux habitants de Gaza. « la Turquie ne pourrait pas tourner le dos au peuple palestinien, ni fermer ses yeux, elle agirait toujours en accord avec la place qu’elle occupe sur la scène internationale et en respect à son histoire ».

Erdogan a déclaré aussi que "le génocide sanglant menée par Israël a violé toutes les lois internationales, en même temps qu’il a porté atteinte à la paix mondiale, L'Organisation des Nations Unies ne doit pas se contenter de condamnations, la communauté internationale doit dire que ça suffit à Israël."

Erdogan a ajouté qu’Israël vient de mettre l’humanité « sous les pieds », il ne pourra plus regarder le monde en face s’il n’est pas jugé pour ses crimes, il ne peut y avoir aucune excuse pour le sang des innocents qu’il a fait coulé.

En outre Erdogan a exigé qu'Israël libère immédiatement tous les navires et tous des détenus, ainsi que de permettre le rapatriement des blessés vers la Turquie pour leur traitement, tout ralentissement ne peut que compliquer les choses davantage.

Enfin, il a mis en garde Israël pour qu’il arrête de mettre à l’épreuve la patience du peuple turc, l'avertissant que son hostilité est aussi forte que son amitié. Une nouvelle ère irréversible dans les relations entre les deux pays vient de commencer.

 

Face à cette position turque claire et ferme, du côté des dirigeants arabes, c’est le blackout total. Les parlementaires du Koweït vient de demander le retrait de leur pays de l’ « initiative de paix arabe » qu’Israël n’avait jamais acceptée.

Je viens d’apprendre à l’instant que l’Egypte vient de décider l'ouverture pour une période indéterminée du terminal de Rafah avec la bande de Gaza, seul point de passage non contrôlé par Israël, pour l'acheminement de l'aide humanitaire et le passage des malades.

Par le passé la Turquie, contrairement à beaucoup de pays à majorité musulmane du Moyen-Orient, entretenait avec Israël des relations diplomatiques et économiques plutôt bonnes et depuis très longtemps. La Turquie avait reconnu l’existence de l’état d’ Israël en 1949. Les deux pays étaient même devenus des alliés stratégiques.Les choses ont commencé à changer depuis l’arrivée au pouvoir en Turquie du PJD, un parti politique islamiste réformateur et moderne qui tient à se que la Turquie puisse jouer un rôle plus important dans la stabilité et la paix dans toute la région du proche orient. Puis il y a eu l’attaque israélienne contre Gaza qui a entrainé un revirement dans la position turque devenue pro-palestinienne et reconnaissant le Hamas. Ensuite il y a eu l’incident de Davos en 2009 où Ergodan quitta la tribune après une dispute avec le président israélien. Enfin il y a eu l’accord sur le nucléaire iranien avec le Brésil. Lundi l’assaut criminel contre la flottille « Free Gaza" vient de consommer la rupture entre les deux pays. La Turquie a rappelé son ambassadeur et a convoqué l’ambassadeur israélien à Ankara pour lui signifier qu’il est doit faire ses bagages.

 

Ergodan par sa politique juste et courageuse est devenu un des leaders les plus respectés dans le monde arabo-musulman. Le drapeau turc est devenu un symbolede résistance à la politique arrogante d’Israél , flotte dans toutes lesmanifestations de soutien aux populations palestiniennes. Israël a perdu la guerre du Liban en 2006 du point de vue militaire et il a perdu la guerre de Gaza (2008) du point de vue éthique. Aujourd’hui il a le dos au mur. Un conflit avec la Turquie et qui risque de durer marquera t-il la fin de la stratégie de sa survie dans la région ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.