Nouvelle constitution marocaine: circulez, il n’y a rien à voir

Décidément, le processus de la réforme de la Constitution marocaine s’accélère et il est entrain de prendre de court l’ensemble des dirigeants des partis politiques, mais pas la majorité du peuple marocain.

Décidément, le processus de la réforme de la Constitution marocaine s’accélère et il est entrain de prendre de court l’ensemble des dirigeants des partis politiques, mais pas la majorité du peuple marocain. Le projet de la nouvelle charte est terminé et un calendrier électoral aurait déjà été fixé : un référendum dans un mois et des législatives début Octobre. Les chefs des partis politiques qui comptent ont été conviés à jeter un coup d’œil sur la première copie de la Constitution dans ses grandes lignes. Un peu bousculés par ce calendrier serré, ils n’ont pas d’autres choix que d’approuver et de se mettre au service et au travail. Il en va de leur avenir.

Aux marocains qui veulent en savoir un peu plus on demande de circuler car il n’ y a rien à voir pour le moment. Ils auront tout un mois pour se décider à leur tour d’approuver cette nouvelle constitution, qui exceptionnellement cette fois-ci, n’a pas été ni élaborée par des experts étrangers ni octroyée. La procédure d’élaboration de cette nouvelle constitution est unique dans son genre, elle a été le fruit d’une démarche makhzanienne exceptionnellement participative et démocratique puisqu’elle a eu le privilège de la contribution de tous les partis politiques légaux, des grands syndicats et même de la « société civile ». Alors pourquoi nous plaindre et nous indigner, puisqu'on on a juste un mois devant nous pour jouir de cette démocratie dosée que nous méritons. Et puis il faut pas oublier que mal dosé le remède de la démocratie risque de tuer la démocratie.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.