M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 avr. 2017

Maroc: oui le blocage continue.

Avec la nomination d'un nouveau chef de gouvernement, le pouvoir marocain vient d'humilier le parti islamiste PJD et son chef, et même temps rappeler aux autres que ce n’est pas les urnes qui comptent, mais c'est la volonté du makhzen qui triomphe toujours.

M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 octobre 2016, le parti islamiste de la justice et du développement ( PJD ) avait remporté les deuxièmes élections législatives organisées  après la nouvelle constitution de 2011. Quarante huit heures après, le Roi du Maroc avait reconduit son secrétaire général Mr Benkiran en qualité de Chef de Gouvernement pour constituer un nouvel exécutif.

Cinq mois de tractions avec les mentors des différentes formations politiques et les messagers du palais pour aboutir à une impasse, un blocage irréversible. Aux marocains,  qui voulaient savoir un peu plus sur les soubresauts,  les atermoiements, les manigances, au sujet de  ce qui se tramait dans une opacité totale, on demandait de circuler car il n’y a rien à voir pour le moment; l'essentiel c'est que tout marche ou plutôt rien ne marche avec ou sans gouvernement. 

Le 15 mars 2017,  coup de théâtre:  le Roi met fin à la mission de Benkiran pour désigner deux jours après  le Dr El Othmani ( psychiatre de formation), numéro deux du même parti pour lui succéder. Cette nomination a pris de court la direction du PJD qui avait prévu de se réunir avant pour tenter de proposer un candidat alternatif.

Prise de court, la direction du parti islamiste, n'avait d'autre choix que de s'abdiquer. Les marocains s’attendaient à ce que celle-ci  se résigne, mais pas à cette vitesse impressionnante. La disgrâce de leur chef charismatique qui s'est contenté de baisser la tête et de se taire,  est passée quasiment sous silence et en moins de quarante-huit heures tout le mode s'est mis aux ordres  de son successeur.

Ce qui vient de se passer n'est rien de moins qu'un assassinat politique d'un homme et de son parti, mené avec une efficacité redoutable.  Ce qui vient de se passer rappelle aux marocains qui étaient partis voter en octobre que le seul parti vainqueur de ces élections est celui qui les a toujours remportées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone