Cinq journalistes femmes démissionnent de la chaîne Aljazeera

Joumana Nammour in" Programe Mawaraa ALKhabar "7- 07- 2009 © twaintamer
Joumana Nammour in" Programe Mawaraa ALKhabar "7- 07- 2009 © twaintamer

 

Que se passe t-il depuis un certain temps au sein de la prestigieuse chaîne satellitaire qatarie Aljazeera ? En conflit avec la direction de chaîne , cinq présentatrices vedettes viennent de présenter leur démission. La raison qu’elles évoquent : elles auraient reçu une forte pression au sujet de leurs tenues vestimentaires jugées indécentes et pas assez conservatrices pour la chaîne. «C'est le résultat d'une accumulation de griefs pendant cinq ou six ans en raison d'une politique qui ne respecte pas les normes professionnelles, l'employé n'étant pas traité selon ses compétences et son expérience mais selon les humeurs de certains directeurs », a expliqué l’une des présentatrices démissionnaires. Plutôt que de subir les remarques misogynes de la part de la direction de la chaîne qatarie, les Libanaises Joumana Namour, Lina Zahreddine, Jilnar Moussa, la Tunisienne Naoufer Afli et la Syrienne Louna Chebil ont choisi de claquer la porte. « Certains responsables nous font des remarques qui frôlent l'impolitesse et qui dépassent le cadre professionnel et moral de notre travail », s’insurge l’une d’elles.

Selon le quotidien libanais Al-Hayat, les cinq présentatrices ont démissionné après s’être plaintes de remarques et critiques répétées d’un responsable concernant leur tenue, jugée pas assez conservatrice.

La Direction d’Al-Jazeera, de son côté, se refuse de commenter l’incident. « Nous n'avons pas demandé aux présentatrices de se voiler », a toutefois indiqué une source proche de la direction qui a reconnu que les responsables ont tenté d’imposer « un code vestimentaire» aux présentatrices. Aujourd’hui, RSF vient de s’intéresser au sujet avec quelques semaines de retard . Dans un communiqué, RSF s’inquiète de la démission des cinq journalistes , et déclare que « Le conflit est bien plus profond. Le caractère religieux dominant dans Al-Jazeera est la raison principale de la démission collective de cinq présentatrices de la chaîne ».

Dans le monde arabe, on se pose beaucoup de questions sur les dessous de cette affaire. S’agit-il réellement d’une orientation de plus en plus islamiste de la ligne rédactionnelle de la chaîne qatarie dans sa couverture de l’actualitéau Moyen Orient comme le prétendent certains médias et les amis de Robert Ménard ? Ce dernier avait pourtant accepté d’aller travailler pour le compte de l’émir du Qatar , sur intervention de la plus influente de ses épouses , avec mission, grassement payée, de diriger un centre d’accueil pour journalistes à Doha. Menard avait accepté de mettre sa longue expérience à la tête de RSF au service d’un pays où les partis politiques et les syndicats sont interdits. La suite de la mésaventure de Ménard dans cet émirat qui ne durera que quelques mois est bien connue.

Ou s’agit-il plutôt d’un départ volontaire des cinq journalistes pour rejoindre le grand projet d’une chaîne satellitaire encours de préparation par un milliardaire et émir saoudien, dans le but de concurrencer Aljazeera, la chaîne la plus regardée dans le monde arabe.Tout en connaissant les limites du régime qatari, le lancement d’Aljazeera du Qatar, à partir denovembre 1996, a été un vrai bouleversement dans l’espace médiatique arabe, caractérisé par la censure exercée par les régimes en place. Sa ligne éditoriale et laqualité de ses programmes, diffusés sur un ton de liberté, ont révolutionné la scène médiatique et le débat public dans le monde arabe, ce qui a irrité plusieurs gouvernements arabes voire même les États-Unis et l’Europe. Sa capacité à fédérer les masses arabes derrière elle et à régénérer un panarabisme trans-national a poussé les régimes arabes, plus particulièrementl’Arabie saoudite, mais également l’administration américaine et le gouvernement britannique à lancer leurs propres chaînes d’information destinées au monde arabe. Cette initiative rentre dans le cadre d’une stratégie visant àcontrer l’influence considérable d’Al-Jazeera, particulièrement au lendemaindes événements du 11 septembre 2001. Malgré le départ regrettable des cinq présentatrices Aljzeera continue à susciter un formidable engouement . Elle continuera pour longtemps encore à déranger car il s’agit bien d’une expérience médiatique de qualité exceptionnelle pour tout le monde arabe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.