M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 févr. 2018

Mon prochain livre: "Cette guerre n'était pas la mienne"

Mon livre n’est pas un témoignage de plus sur la guerre Espagne. Il est plutôt un roman historique qui laisse une large  place à une fiction traversée par tout ce que j’ai pu récolter comme informations aussi bien d’un point de vue familial qu’historique. Il est surtout imprégné de ce que ma mémoire a pu préserver de ces fragments d’histoires que me racontait mon grand-père pendant mon enfance.

M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Présentation en quelques lignes de mon prochain livre « Cette guerre n’était pas la mienne » et qui sortira bientôt:

Le livre est un récit  qui raconte l’histoire de ces milliers de paysans marocains du Rif qui étaient obligés en 1936 de quitter leur pays pour fuir la misère, prendre la mer et débarquer en terre étrangère pour participer à la guerre civile espagnole du côté franquiste. Ces hommes ont combattu dans des conditions déplorables dans une guerre qui n’était pas la leur. Ils étaient partis en volontaires, pour quelques jours, et ils étaient tombés dans une guerre qui ressemblait à une guerre de mercenaires.  Employés comme chaire à canons, victimes de racisme et de multiples discriminations pendant la guerre, ils seront accusés par la suite d’avoir été les auteurs des pires atrocités et des violences commises par les nationalistes.

Mon livre n’est pas un témoignage de plus sur la guerre d’Espagne. Il est plutôt un roman historique qui laisse une large  place à une fiction traversée par tout ce que j’ai pu récolter comme informations aussi bien d’un point de vue familial qu’historique. Il est surtout imprégné de ce que ma mémoire a pu préserver de ces fragments d’histoires que me racontait mon grand-père pendant mon enfance.

En voici un petit extrait du dernier chapitre:

"La douceur de la nuit et le bruit des vagues avaient fini par apaiser mes angoisses. Je réussis à m’endormir assis sur mon rocher. Le bruit des premiers bateaux de pêche qui rentraient au port, escortés par des joyeuses troupes de mouettes, m’avait sorti de mon profond sommeil. Je m’ébrouai, m’aperçus que le soleil commençait à pointer à l’horizon, une nouvelle journée venait de commencer, une nouvelle page de ma vie allait s’écrire. Pour me dégourdir les membres, je commençai à faire les cent pas en parlant tout seul, quand tout d’un coup j’entendis au loin un son du clairon identique à celui de la Légion qui accompagne la levée des couleurs. L’écho de ce bruit qui résonna dans mes oreilles quelques minutes ne m’était complètement pas étranger. Il me fit sortir de ma torpeur, pour ouvrir bien mes yeux et revenir à la réalité. Une réalité amère qui m’avait rappelé que notre terre était toujours occupée par les mêmes espagnols avec qui et contre qui j’avais combattu. A l’instant je me sentis envahi par un étrange sentiment de confusion. Hier encore à mon retour au pays, j’étais certain d’avoir appris la leçon : la guerre était finie pour moi. Mais là, je commençais à douter, je n’étais   pas très sûr d’avoir bien compris la leçon. Je n’étais pas certain que ça n’arrivera plus. Je n’étais même pas certain que la guerre était bien finie. La guerre ne sera vraiment finie que lorsque le dernier soldat étranger ait quitté notre sol et que notre peuple ait retrouvé sa liberté et sa dignité. Sur le chemin de retour à la maison, je n’avais pas cessé de me demander : qu’avait-elle donc fait cette guerre de ma tête ? M’avait-elle brouillé ma vision ? Ou au contraire, m’avait-elle réellement ouvert un troisième œil qui allait me permettre de distinguer l’opacité et la complexité de la vie ?"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana