En marge de la visite de Tzipi Livni à Tanger –Maroc

Madame Tzipi Livni, la chef de l'opposition israélienne, a été effectivement présente au Forum Nord Sud Midays" organisé à Tanger au Maroc du 19 au 21 novembre 2009 où elle a participé aux débats sur la paix au Moyen-Orient.

 

Pourtant l'annonce de la présence de la dirigeante du parti israélien kadima avait soulevé un tollé dans l'opinion publique marocaine et notamment chez les militants des associations de défense de la cause palestinienne. Plusieurs initiatives avaient été prises et en particulier un appel lancé aux autorités marocaines pour arrêter Tzipi Livni dès son arrivée au Maroc et la traduire devant un tribunal de Rabat pour "crimes de guerre" pendant l'intervention israélienne à Gaza de fin 2008-début 2009.

 

Les organisateurs de ce Forum, un thin tank « marocain » qui se nomme Institut Amadeus, fondé , il y a juste an, par un jeune de 24 ans Brahim Fassi Fihri, qui n'est autre que le fils du ministre marocain des Affaires étrangères Taïeb Fassi Fihri, avaient défendu l'invitation de la dirigeante israélienne prétextant « qu'ils invitent des gens de tous bords pour des échanges constructifs de sorte qu'ils ambitionnent de faire ce de forum MEDays 2009 "le rendez-vous incontournable des décideurs politiques et économiques de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique)".

A la veille de la visite de la présidente du parti crée par Ariel Sharon , coup de théatre de la part des organisateurs qui affirment que Tzipi Livni n'a jamais figuré sur les listes des invités du Forum Nord Sud Midays. Contacté par le journal arabophone Almassae, Ibrahim Fassi Fihri a confirmé que le nom de l'ex ministre sioniste n'a jamais figuré parmi les invités à ce forum. Cela n'a pas empêché la continuation de la mobilisation dans le camp des militants pro palestiniens.

Au jour J Tzipi Livni étai belle et bien présente à Tanger, elle a participé activement aux débats sur le conflit israélo-palestinien en défendant les thèses du gouvernement extrémiste israélien à savoir la nécessité de la poursuite du processus de paix avec l'Autorité palestinienne sans conditions préalables, c'est-à-dire tout en poursuivant la colonisation sauvage en Cis Jordanie et à Jerusalem Est. En plus, elle a eu droit à des interview aux chaines de TV marocaines et de la fameuse chaîne Qatari Aljazeera.

Plus encore Tzipi Livni, qui avait éclipsé la présence des autres invités dont Rachida Dati, ne s'est pas contenté de son voyage à Tanger, mais elle s'est permise selon le même journal Almassae d'un détour par la ville ocre Marrakech avant d'être l'hôte à Casablanca cette fois-ci d'une réception organisée à son honneur par le Président de la communauté juive du Maroc.

Il parait que les marocains n'étaient pas les seuls à avoir été contre la visite de Tzipi Livni au Maroc, même les israéliens (des membres de la Knesset appartenant aux partis travailliste et au Likoud) lui reprochent ce déplacement dans le pays qui avait refusé de recevoir la représentante du gouvernement israélien, la vice ministre de l'industrie, du commerce et du travail.

La visite de Tzipi Livni au Maroc est un événement qui avait frayé la chronique au Maroc et en Israél. Deux pays dont les relations sont passionnelles mais controverses pour des raisons multiples : politiques, historiques, humaines.. Mais ce que cet événement vient de mettre en évidence de façon qui ne laisse aucun doute c'est que l'Etat d'Israél dispose d'un lobby puissant dans une certaine élite dirigeante marocaine qui défend la normalisation des relations avec l'état qui vient d'être accusé par le rapport de Goldston de crimes de guerre. Comment peut-on permettre à une criminelle de guerre de fouler le sol marocain quand on sait qu'elle est recherchée et poursuivie en Europe ?

En fin un dernier point soulevé par la visite de Tzipi Livni,c'est la confusion quand à la partie responsable de cette invitation / remue ménage ? C'est la société civile nous répondent les officiels. Personnellement, ayant travaillé depuis des années dans le monde associatif, je ne connais pas une seule association qui peut se permettre d'organiser ce genre de manifestations qui demandent autant de relations et de moyens. Amadeus fait -il exception ? Evidement que oui, puisque son fondateur est le fils de du ministre des affaires étrangères et que le bureau scientifique de la Fondation a dans son conseil scientifique d'éminentes personnalités comme le conseiller Andrey Azoulay , Mustapha Terrab, directeur général de l'Office chérifien des phosphates (OCP) et ancien chercheur au MIT, Christian de Boissieu, président du Conseil d'analyse économique auprès du Premier ministre français, Hervé de Charrette, ancien ministre français des Affaires étrangères, Fayçal Laâraïchi, président-directeur général de la Société nationale de radiodiffusion et de Télévision (SNRT), Moulay Hafid Elalamy, ex président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Christian Lequesne, politiste français et responsable de la chaire Science Po - LSE, et j'en passe.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.