M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 déc. 2009

Le mur égyptien pour isoler Ghaza : un mur de la honte de plus

M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La journée d’aujourd’hui 25 décembre 2009 a connu une grande manifestation des populations de Ghaza pour protester contre le mur que l’Egypte est entrain de construire du côté de sa frontière Est du côté de Rafah. C’est le journal israélien Haaretz qui avait publié la semaine dernière des informations selon lesquelles l’Egypte avait entrepris la construction d’une barrière métallique souterraine. Cette barrière devrait faire 10 km de long (la frontière en fait quinze) et descendre entre 20 et 30 m sous terre et serait composée de grandes plaques en acier. Le tout sera installé avec un équipement de surveillance sophistiqué.On s’attend même à ce que les Etats-Unis installent une base militaire du côte de la frontière égyptienne afin d’effectuer des patrouilles communes de contrôle avec l’armée égyptienne. Il est prévu aussi la construction d’une route tout au long du périmètre. L’objectif des américains et de leurs alliés égyptiens et israéliens est de faire de cette frontière une zone aussi contrôlée et aussi hermétique que leur frontière avec le Mexique. Il est à rappelerque depuis un an déjà, des ingénieurs de l'armée américaine travaillaient à l'installation d'un "mur électronique", c'est à dire des capteurs enfoncés à 15 mètres de profondeur, capables de différencier le bruit de fond des tunnels de celui d'un nouveau forage. L’idée du contrôle la frontière ouest de la bande de Ghaza avait été décidée lors des entretiens entre les anciennes ministres des affaires étrangères américaine et israélienne Condoleezza Rice et Tzipi Livni (qui était elle plutôt favorable à la construction d’un canal). Ce nouveau mur est destiné à mettre fin à la contrebande d’armes et de marchandises qui alimente la bande de Gaza via plusieurs centaines de tunnel qui avaient repris leur activité après l'opération « Plomb durci » il y a un an. Fermer cette soupape signifie pour les habitants de Ghaza : rendre plus hermétique encore le blocus établi par Israëlauquel contribue aussi l’Egypte.Nous savions depuis longtemps que l’Egypte avait succombé à la manne généreuse des USA en échange d’un soutien à sa politique extérieure et à Israël, mais on ne pouvait pas imaginer un instant que ce grand pays arabe non seulement allait rester insensible à la souffrance de ses frères palestiniens mais qu’en plus il participe activement à l’aggraver.Tous les observateurs voient dans cette escalade égyptienne aussi une pression de plus sur le Hamas pour qu'il accepte de revenir dans le jeu palestinien en acceptant un accord de réconciliation avec le Fatah et accepter le statuquo imposé par Israél. Après le « mur de Berlin » toujours en extension sur les territoires palestiniens de la Cis Jordanie voici venu le temps d’un autre mur de la honte, un mur souterrain cette fois-ci pour éviter qu’il soit visible . Un an après l’offensive israélienne et au moment où il se développe un élan de solidarité internationale extraordinaire avec les populations enfermées dans ce Ghetto qu’est la bande de Ghaza, les Etats Unies et l’Egypte ont tenu à leur tour d’y contribuer en réalisant ce « projet humanitaire »géant. Comment le peuple égyptien peut –il encore vivre avec une conscience tranquille ? Il doit se demander si leur pays sous Moubarak est encore un Etat souverain ? Quand à Barak Obama : il vient de nous confirmer que son prix Nobel de paix est mérité. Après la décision du renforcement de la présence militaire américaine en Afghanistan, et sa participation active dans ce nouveau mur, il vient de nous convaincre qu’il était de la même veine que les présidents américains qui l’ont précédé. Son discours au Caire n’était dans la réalité que des paroles et rien d’autre que des paroles. Les Etats-Unis, Israël et l’Egypte attendent par le resserrement de l’étau sur Ghaza à ce que les populations se retournent contre le Hamas. Tout le contraire cette alliance de trois grands pays puissants ne fera que renforcer, à mon avis, la résolution des palestiniens à continuer à résister.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine