Les violences sur l’esplanade des mosquées: les dessous ?

L'esplanade de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalm a été une fois de plus le théâtre de heurts violents entre fidèles musulmans et policiers israéliens dimanche 25 octobre 2009.
L'esplanade de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalm a été une fois de plus le théâtre de heurts violents entre fidèles musulmans et policiers israéliens dimanche 25 octobre 2009.

Des juifs extrémistes protégés par des unités de l'armée sioniste avaient envahi ce matin la mosquée d'Al Aqsa et attaqué les fidèles en prière. Le groupe de fanatiques juifs était déguisé en touristes étrangers et avait tenté d'envahir l'enceinte Haram Al-Sharif, apparemment pour pratiquer des « rites de prière » dans le sanctuaire islamique, tout en réclamant la destruction des lieux saints islamiques

Il s'en est suivi des affrontements ente les policiers israéliens qui avaient tiré des balles de caoutchouc ainsi que des grenades étourdissantes dans tout le périmètre. On a dénombré une trentaine de blessés graves et plusieurs arrestations parmi les palestiniens et 3 blésés légers parmi les soldats israéliens. Les combats s'étaient étendus ensuite aux environs de la Mosquée d'Al Aqsa.

Jusqu'aujourd'hui, mardi 27 octobre, les forces armées sionistes et les juifs extrémistes occupent toujours l'esplanade des mosquées et encerclent la mosquée d'Al Aqsa et le dôme du Rocher en vue d'y pénétrer et d'arrêter les musulmans en prière à l'intérieur.

Les violences commises par les israéliens ce dimanche ne sont pas isolées. Elles font suite à une longue série de provocations et d'intimidations à l'encontre des palestiniens allant de l'interdiction de l'accès à la Mosquée pour les prières en particulier celles du vendredi jusqu'à la profanation des lieux par des groupes juifs fanatiques, foulant ainsi la sacralité du lieu sain emblématique de l'islam.

Ces groupes, dans le cadre de leurs rituels, avaient essayé à plusieurs reprises de poser la première pierre d'un temple juif, qu'ils comptent vraisemblablement construire après la destruction des édifices islamiques dans le secteur sous la protection de la police israélienne et avec l'autorisation du gouvernement d'extrême droite de Netanyahou.

C'est ce que vient d'ailleurs de confirmer, à l'issue d'un congrès organisé à Jérusalem Est sous occupation, un certain nombre de rabbins extrémistes qui ont exhorté les autorités de l'occupation israélienne à en finir une fois pour toute avec la mosquée d'Al Aqsa, pour y construire le troisième temple de Salomon.

On peut aussi affirmer que les fouilles archéologiques israéliennes et les creusements des tunnels sous l'esplanade et qui menacent sérieusement la structure même de la mosquée Al-Aqsa visent le même objectif.

 

Dans la réalité ces agissement et ces provocations des extrémistes israéliens s'inscrivent dans une vision stratégique globale visant la judaïsation totale de la ville sainte Al Qods dont la partie Est a été annexée par Israël militairement en 1967.

Il faut rappeler que l'Esplanade des mosquées est le troisième lieu saint de l'islam après La Mecque et Médine, elle accueille l'emblématique mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher à l'étincelante coupole dorée.

Il faut rappeler aussi que juridiquement elle est placée sous la garde d'un Office des biens musulmans, le Waqf et que selon la loi religieuse, aucun juif n'a le droit de fouler ce mont vénéré.

On est alors en droit de se demander si Israél par cette politique de judaïsation à outrance ne cherche t-elle pas en fait à mettre en avant la dimension religieuse du conflit israélo-palestinien offrant ainsi le prétexte indispensable à tous les extrémismes.

Comme on vient de le voir ce dimanche, on peut affirmer que si la Communauté Internationale continue à croiser les bras et ne réagit pas pour obliger Israël à mettre fin à ces provocations, la région va connaître à coup sûr une véritable flambée de violence. Et une troisième Intifada pour sauver la mosquée Al alksa n'est pas à écarter, comme c'était le cas en septembre 2000suite à la visite / provocation de Sharon sur l'esplanade des mosquées.

En empruntant cette voie dangereuse on est aussi en droit de douter qu'Israël veut réellement vivre en paix et de façon durable avec ses voisins. Pareille politique exclut toute possibilité de solution pacifique au conflit.

.

".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.