M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2011

Le TGV marocain: je suis contre

A l’occasion du lancement des travaux en grande pompedu premier TGV au Maroc, en présence de Nicolas Sarkozy qui vient d’effectuer à Tanger ce jeudi une visite expresse, le vieux proverbe marocain qui dit «Ô toi pauvre bonhomme, de quoi tu as besoin? De bagues mon seigneur» vient d’être actualisé et transformé à l’occasion en: «Ô toi pauvre pays, de quoi tu as besoin ? De TGV mon seigneur».

M. Lachkar
Médecin, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’occasion du lancement des travaux en grande pompedu premier TGV au Maroc, en présence de Nicolas Sarkozy qui vient d’effectuer à Tanger ce jeudi une visite expresse, le vieux proverbe marocain qui dit «Ô toi pauvre bonhomme, de quoi tu as besoin? De bagues mon seigneur» vient d’être actualisé et transformé à l’occasion en: «Ô toi pauvre pays, de quoi tu as besoin ? De TGV mon seigneur».

La majorité des marocains se demande s’il s’agit là d’un véritable levier pour le développement économique du pays ou plutôt d’une simple dépense de prestige ?

Personnellement je pense que notre pays a fait un mauvais choix en se lançant dans la construction d’une ligne à grande vitesse (TGV) devant relier Tanger à Casablanca sur une distance de 350 Km, et dont le coût s’élève à environ 3 milliards d’euros ? Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Je reste sceptique à l’égard de ce genre de projet et je me demande qui en a décidé du lancement et dans quelles circonstances ? A ma connaissance, même le parlement n’a pas été tenu au courant de tous les détails.

Les chiffres dévoilés aujourd’hui montrent en effet que l'exploitation de cette LGV n’est ni justifiée ni viable. On a le droit de douter si les responsables gouvernementaux ne font pas passer les intérêts de l'industrie française et leurs propres intérêts avant ceux de la population.

Les marocains n’ont-ils pas d’autres besoins plus urgents dont notamment le désenclavement des zones rurales et l'amélioration de l'accès aux soins de santé, à l'éducation, à l'emploi, au logement ? En ce temps de crise, ces financements auraient bien pu servir à améliorer le niveau de développement humain qui est un des plus bas par rapport aux pays voisins. Les marocains veulent des réponses à toutes ces questions. Le temps de l’opacité est révolu et le peuple tient à décider lui-même de son avenir et de ses intérêts réels.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat