Présentation et signature de mon livre à Casablanca le 10/12/10 à l'occasion de la journée mondiale des droits de l'homme*

Mon souhait est de faire de ce récit personnel un témoignage public, une parole psycho-politique, où je veux m’exprimer librement, une parole qui ne peut plus m’être déniée ni retournée contre moi comme à l’époque des faits que je raconte.

La dimension psychologique dans mon écriture est très présente de par même la nature du témoignage et de ce que j’en attendais à titre personnel, mais aussi parce qu’il m’a été très difficile tout le long de ce travail de séparer objectivité et émotion, l’écrivain et l’humain. J’étais à la fois psychothérapeute observateur à l’écoute et victime ayant besoin d’un accompagnement psychologique et qui se défoule en parlant sans tabous de ses souffrances.

Ce travail complexe, de jeu de miroir, m’a permis un réel travail de mémoire, complété par un travail de deuil. Grâce à cet effort, je suis redevenu un homme affranchi de mes peurs et ma mémoire enkystée a retrouvé sa fluidité. C’est la preuve vivante que mes bourreaux n’ont pas réussi à détruire ma vie.

 

Donc, si je parle, aujourd'hui, ce n'est pas pour m'excuser. Je parle tout simplement parce que je veux purger cet épisode du passé qui m’accable, un peu tard c’est vrai, mais il vaut mieux tard que jamais. Je viens de régler, avec beaucoup de difficultés, il faut le reconnaître, mes comptes avec moi-même. Aujourd’hui je me sens apaisé

Mais en même temps, et parce qu’il n’existe pas de mémoire personnelle qui ne soit pas prise dans la mémoire de toute une génération et parce que dans cet épisode douloureux se mêlaient et l’histoire collective de tout un pays et celle de ma vie, j’ai cru utile d’apporter ma petite parcelle de vérité contre l’oubli, pour rappeler les événements douloureux vécus par notre pays au cours de cette période difficile de notre histoire. Justement, la connaissance de ce passé est indispensable pour éviter qu’il ne se reproduise. En rapportant mon témoignage à travers mon propre vécu, je me sens acquitté de mon devoir d’informer les générations d’aujourd’hui et celles de demain.

 

Extrait de mon livre "Courbis, mon chemin vers la vérité et le pardon"

 

*Rencontre organisée de 19h à 21h30 à la librairie Carrefour des livres: Angle rue les Landes et Vignemale - Maarif Casablanca



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.