Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

3 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2012

Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Le CRIF première officine judéophobe de France ?

Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne présente plus le CRIF. Depuis plusieurs années, l'organisation qui se voulait réprésentative des juifs de France, est devenue l'attachée de presse du gouvernement et de l'armée d'Israël.

La recette est simple : aucune critique d'Israël, stigmatisation de tous les musulmans et faire monter la peur au sein de la communauté juive qui confiera alors son destin au CRIF et au Ministre de l'Intérieur.

Le CRIF amalgame sciemment juifs et israéliéns, ce qui admettons-le n'est pas tout à fait pareil. 20% d'Israël est constitué de palestiniens israéliens. Et l'on peut être juif sans être israélien, ça marche aussi en sens inverse. Mais pas pour le CRIF qui oeuvre sans relâche en faveur d' un soutien inconditonnel de tous les juifs et israéliens envers Israël.

Le CRIF rêve lui aussi, à voix haute,  d'un grand Israël - Eretz Israël - débarrassé des arabes, des palestiniens, des musulmans.

Le seul problème est que ce faisant, le CRIF alimente bel et bien la judéophobie, et ce, en toute connaissance de cause.

En niant les crimes perpétrés par l'armée israélienne à l'encontre des palestiniens, le CRIF alimente le ressentiment contre la réelle impunité dont jouit l'armée la plus 'morale' du monde...

En niant les responsabilités du gouvernement israélien, le plus à droite de l'histoire du pays, le CRIF alimente là encore la rancoeur envers les gouvernants de ce pays, qui feraient ce que bon leur semble sans jamais subir la moindre critique ni condamnation.

Ce faisant, donc, le CRIF entretient les fantasmes sur les juifs, maitres du monde, qui dirigeraient tout, partout et que personne n'ose critiquer de peur de se faire affubler de la fameuse étiquette d'antisémite.

Le CRIF le sait, maintenir cette auto-censure, qui est en fait une interdiction absolue de critiquer Israël, permet y compris à des fascistes comme ceux de la Ligue de Défense Juive d'agresser de nombreuses personnes impunément, sans la moindre reprobation dudit CRIF ou des représentants de l'Etat. Cette association vient même d'écrire au Ministre de l'Intérieur pour le sommer d'agir contre les soutiens à la Palestine, alors que la seule chose que Manuel Valls devrait faire est de poursuivre et dissoudre cette milice.

Le chantage à l'antisémitisme est utilisé de longue date, et ce chantage ne sert que les plus droitiers, de tous bords. Ainsi, se trouvent pris dans ce piège des israéliens et français, juifs ou non qui réprouvent les exactions commises en Palestine occupée et qui sont couvertes ici, en France, par des responsables pourtant français avant d'être juifs, mais qui se présentent d'abord comme juifs en oubliant d'être français.

L'accueil honteux qu'a reservé le Président Français au Premier ministre de l'occupation israélienne est venu nous rappeler que malgré toutes les déclarations de principe, et les promresses de campagne, rien ne viendrait ternir l'amitié franco-isralienne fusse-t-elle au mépris des droits baffoués d'un autre peuple et au mépris du droit international.

Une chose seule à faire donc, dans l'intérêt même des israéliens et des juifs de France et du monde : critiquer encore et encore Israël, et faire cesser cette insolente impunité qui n'est rien d'autre qu'une véritable offense.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Fil d'actualités
La présidence des Républicains se jouera lors d’un second tour
Éric Ciotti, tenant d’une ligne droitière, et Bruno Retailleau, représentant l’aile conservatrice et libérale du parti, se sont qualifiés dimanche pour le second tour de l’élection du président des Républicains, a annoncé dimanche la présidente par intérim du parti Annie Genevard.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar