Mathieu HANOTIN, soutien de Martine AUBRY et droit dans ses bottes

Il est sympa comme tout Mathieu HANOTIN. Récemment arrivé de l'autre côté du périph, il a jeté son dévolu sur la Seine-Saint-Denis, et plus particulièrement sur Saint-Denis. Il n'a pas tardé à se faire remarquer : on le dit hautain, prétentieux, imbu de sa personne, et inconstant. Je ne m'attarderai pas à vérifier chacune de ces accusations visant l'élu socialiste, je me bornerai à un constat.

L'un de ses premiers faits d'armes à consisté à monté une opération de déstabilisation politique, pour le compte de son grand ami Bartolone. L'objectif, après avoir pris la direction du Conseil général, est de faire tomber les villes dont les maires sont communistes.

Aussi, l'UMP et le Nouveau Centre peuvent dormir tranquilles, le PS est leur allié objectif. Sur Saint-Denis, la campagne du PS a été ordurière, diffamante, insultante, digne de la pire presse de caniveau d'extrême droite.

Mathieu HANOTIN remet ça. On voit sa bouille partout sur les affiches appelant à voter Aubry. Mais dans le journal de Saint-Denis, on croirait qu'il appelle à voter VALLS, ou SARKO.

Jugez-vous mêmes : "l'insécurité est grandissante à Saint-Denis, les médiateurs de nuit (mis en place par la ville) sont débordés et la police municipale comptee des effectifs trop peu nombreux, il faut la renforcer".

Oui chers lecteurs, pas un mot sur le désengagement de l'Etat, les suppressions de postes de policiers. Mathieu HANOTIN, socialiste, propose ni plus ni moins que la ville de Saint-Denis se substitue à l'Etat alors que la sécurité est une mission régalienne.

Les priorités des dionysiens sont le logement, l'emploi, la formation. Oui le droit à la sécurité est important, mais s'en servir de manière démagogique pour alimenter les peurs est indigne d'un élu se réclamant de gauche. Mathieu, le mercato de l'UMP n'est pas terminé, t'as toutes tes chances. A défaut; VALLS te fera une place, sur la photo, à droite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.