DSK et la présomption d'innocence : oui mais....

Soyons clairs : humainement et politiquement, j’honnis DSK. Il représente le pire de ce qui se prétend la gauche. Le mépris, comme habiter le 16èmealors qu’il fut Maire de Sarcelles. L’amour immodéré de l’argent et la déconnexion patente de DSK avec le peuple qu’il dit comprendre et vouloir aider comme en Grèce…
Ceci mis à part, depuis ce matin, la présomption d’innocence ressemble à un paillasson. De nombreux « commentateurs » qui ont mérité on ne sait comment de « commenter » tout et surtout n’importe quoi, lynchent DSK sur la base de la fameuse affaire de 2008. Les uns disent qu’il faut attendre mais quand même en 2008 il a dérapé et eu une liaison…
Bref, pour la grande majorité, il est surtout coupable jusqu’à ce qu’il démontre qu’il est innocent. Un Député UMP, une militante féministe et d’autres se sont assis sur ce qui représente une avancée en termes de Droits, mais le « Droit » d’exister médiatiquement à défaut d’exister politiquement semble primer sur le Droit pourtant élémentaire à la présomption d’innocence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.