"Affaire DSK" : une pensée pour tous ces pseudos penseurs

Depuis deux jours, ouah ! Aie aie aie, les rois et les reines de la pensée sont de sortie ! Tout le monde à son avis, avec un point commun concernant tous ces commentaires, on s'en tape comme du mariage de William et Kate.

On entend parler de "complot", ou de "ça lui ressemble pas", et puis on en vient au patho : "elle a peut-être été violée", du coup, hop ; "une pensée à la femme de chambre".

J'irai plus loin : une pensée à Porto Rico son pays d'origine, et puis à Cuba, c'est pas loin et ils parlent la même langue. La femme de chambre a des enfants : pensée aux enfants et leurs camarades, sans oublier la directrice de l'école et le shériff.

Enfin, comment ne pas penser au chien du voisin de la femme de ménage qui venait jouer avec les enfants ?
A l'hôtel il se dit que DSK donnait 50 euros pour un café : une pensée au futur serveur lésé.

Non, vraiment, c'est pas juste de pas penser à toutes celles et ceux qui peuvent faire la gloire d'un jour des pseudo-intellectuels de droite et de gauche qui n'avaient pourtant qu'une chose à faire : la fermer !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.