Le PS aux étrangers : vous n'êtes pas une priorité !

Les élections sont bel et bien passées. Du coup, plus besoin de s'attirer la bienveillance des étrangers, et plus particulièrement celle de leurs enfants, qui eux sont français.

En effet, beaucoup se sont dits que cette fois, c'était la bonne. Que cette fois, après l'arnaque de Mitterrand, Hollande tiendrait promesse. Qu'on ne pouvait pas se moquer plus longtemps de milliers de concitoyens qui pour une grande part ont fait la France, et ont donné à la la France, des millions d'enfants.

C'était sans compter sur le cynisme dont sait faire preuve le PS. Le droit de vote des étrangers était un engagement qui ne visait qu'à se démarquer (un peu) du candidat Sarkozy.

Sitôt les élections remportées, Hollande propulsait au Ministère de l'Intérieur et de l'immigration, le socialiste le plus à droite que le France ait connu : Manuel Valls.

Avec lui, les plus réactionnaires peuvent dormir tranquille. Lui vivant, jamais un Rom ne dormira tranquille ! Jamais un étranger ne votera aux élections locales !

L'argument est toujours le même, de débat clive.... Comme quand on disait que le mariage homosexuel clivait, pour ne jamais avoir à en parler ni à l'adopter.

Aujourd'hui, celui qui clive, n'est pas n'importe quel étranger : il est d'abord musulman, et donc dangereux pour la République.

L'islamophobie a de beaux jours devant elle, elle traverse toutes les couches de la société, les arcanes du pouvoir, et est aussi alimentée par les débiles mentaux qui s'autoproclament défenseurs de l'Islam alors que bien souvent ils ne sont pas capables d'écrire musulman sans faute de frappe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.