Le vote utile, mais utile pour qui ?

La campagne vit une seconde étape. Après l’omniprésence du PS et de l’UMP, grands partisans déclarés d’un bipartisme à l’américaine, le moins que l’on puisse dire est qu’on assiste à un sérieux rééquilibrage, qui n’est pas pour me déplaire.

La campagne vit une seconde étape. Après l’omniprésence du PS et de l’UMP, grands partisans déclarés d’un bipartisme à l’américaine, le moins que l’on puisse dire est qu’on assiste à un sérieux rééquilibrage, qui n’est pas pour me déplaire.

La campagne de l’UMP a toujours été bien à droite. Elle va l’être davantage, quitte à épouser plus vulgairement les thèses de l’extrême droite.

Le PS, lui, a fait campagne au centre, et jusque récemment encore, son candidat n’a pas exclu de répondre aux avances de François Bayrou.

Hollande tend la main à Bayrou © BFMTV

 Je dois rappeler ici à nos lecteurs, que le centre dans ce pays, a toujours gouverné avec la droite.

Donc, le PS, fait une campagne social-démocrate, avec des modèles tels que le SPD allemand, qui se targue d’avoir repoussé l’âge de la retraite à 65 ans et d’avoir flexibilisé le marché du travail. Ou encore comme le Labour britannique, tellement à gauche que quand Tony Blair en prend la tête, il y plusieurs années, il fait enlever le gros mot de « nationalisations » des statuts dudit parti.

Donc, le PS, a décidé de s’accommoder du libéralisme tout en affirmant vouloir « le changement ». Mais à y regarder de plus près, on n’a pas d’alternative au sarkozysme, tout juste une alternance, très en deçà de ce qu’il faut pour redresser le pays après les contre-réformes libérales de ces 10 dernières années.

On est en droit de se demander si le PS reviendra ou non sur ces contre-réformes libérales que la droite a voté.

Je vous disais donc que le PS se pose comme l'alternance naturelle au sarkozysme, pas comme une alternative en rupture avec le modèle ultralibéral et antisocial que nous subissons de plein fouet.

Aussi, pendant la mandature de Sarkozy, de nombreuses lois ont été votées. Et je pense mes craintes fondées lorsque j’affirme ceci : le PS ne reviendra pas sur la majorité des textes de lois entrées en vigueur sous l’ère UMP.

J’en veux pour preuve que Premier ministre l’a affirmé le 28 janvier, sans aucun démenti officiel de la part du PS.

UMP - Discours de François Fillon au Conseil National du 28 janvier 2012 © Chaine UMP

Ce qui signifie, si c’était le cas, que le PS composera volontiers avec un arsenal de lois qui ont concouru à ce qu’ils dénoncent par ailleurs tous azimuts : précarité, insécurité, casse des services publics….

N'hésitez pas à compléter ce qui devrait être un référentiel pour tout gouvernement de gauche, vraiment à gauche, souhaitant réellement un « changement » dans la société, et pas un toilettage de surface qui au final ne permettra pas à nos concitoyens de vivre mieux.

Voilà, de manière non exhaustive, ce que la gauche devrait abroger et/ou proposer

- abrogation des lois successives sur l'immigration et la sécurité, au motif qu’elles sont liberticides, xénophobes et inefficaces

- retour sur les privatisations des services publics, notamment celles des autoroutes, mais pas seulement : banques, énergie….

- Abrogation de la réforme des retraites, inégalitaire et stigmatisante

- Egalité des jours de carence dans le public et le privé, alignés vers le haut

- Abrogation du paquet fiscal

- Application stricte de la loi SRU, inéligibilité des maires récalcitrants et rétablissement de l'aide à la pierre, la réquisition des logements vides

- Suppression du bouclier fiscal, instauration du bouclier social

- Suppression des exonérations de charges sociales pour les entreprises

Vous me direz que ces exemples sont banalement de gauche et que les gens de gauche devraient penser qu’elles flairent le bon sens…

Que nenni !  Le PS n’en reprend pratiquement aucune, même pas celle sur les retraites, réforme que le PS a pourtant combattu dans la rue…

En fait, ces propositions, de gauche, sont pour une grande partie portées par le Front de gauche. Le fait qu’un nombre croissant de personnes s’y retrouve témoigne de deux choses : le positionnement du Front de gauche est fidèle aux valeurs progressistes. Quant à celui du PS……..

Donc, le 22 avril, si nous voulons peser sur un PS pas assez audacieux, un seul vote vraiment utile pour toutes et tous, le vote Front de gauche. Ainsi, le PS ne pourra pas composer sans lui !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.