madouc
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2017

12 juillet 2017, un bien triste anniversaire pour l'ESR !

C'est la majorité de la loi dite Allègre, source d'ivresses de la recherche française du dernier siècle et hold up de la science ouverte du XXIème siècle.

madouc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La recherche n'est ni de droite ni de gauche, elle doit être en avant » (Pierre Potier, Libération, 03/11/1998). Appliquant à la lettre la mise en concurrence de services publics de l'ESR, dans un cadre contesté de libre commerce et industrie (Warusfel, 2002), Allègre contribue à publier, le 12 juillet 1999, les fondements législatifs de l'asservissement néolibéral de la recherche universitaire du nouveau siècle, sur un fantasme ? C'est le 30 août de la même année qu'il publie le premier décret conférant un « grade de mastaire », dans la logique de mise en place du LMD commandé par le processus de Bologne de marchandisation de l'ESR.

Il n'est guère de hasard de calendrier quand un article de presse de Libération croise ceux des Echos fin 1998 concernant stock-options et le business florissant de deux molécules anticancéreuses sorties des laboratoires de recherche. « Couvert d'argent par le Taxotère, et couvert d'or par le CNRS » selon le ministre Devaquet, le dénouement de l'histoire singulière de Pierre Potier avec le CNRS servira de précédent à l'organisation de l'intéressement des pionniers, enseignants-chercheurs et chercheurs invectivés par un climato-sceptique aux pratiques phallocratiques connues, alors ministre du gouvernement Jospin...

Ce n'étaient pas les dix premières inventions du chercheur, déposées par l'ANVAR à l'INPI entre 1974 et 1980 qui ont motivé le CNRS à détecter Pierre Potier comme futur chercheur inventeur millionnaire, modèle de réussite académique pour l'allègre ministre et ancien directeur de la recherche et de la technologie des gouvernements Balladur et Juppé sous les présidences successives de Mitterrand et de Chirac. « Gagnez de l'argent, ce n'est pas honteux ! ", s'était exclamé Claude Allègre lors des assises de l'innovation (Les Echos, 7/10/1998).

L'industrie par contre, ne s'y est pas trompée : plus de 5 milliards de francs par an pour les deux médicaments brevetés et 75 millions d'euros que se partagent alors le CNRS et l'inventeur après d'âpres négociations pour l'exploitation du Taxotère. « Je pourrais être à leur place et parler stock-options » (source CNRS), dit l'inventeur chevronné... qui ne se doute pas qu'à cette heure, c'est bien le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, qui hérite du dossier (Les Echos, 26/10/1998), en l'absence de consensus entre Bercy et les Affaires Sociales... Strauss-Kahn et Aubry. L'année 1999, le 30 août, est aussi celle de la publication du premier décret « mastaire » par le même ministre du même gouvernement, déclenchant ainsi le cycle des réformes de l'enseignement supérieur et de la recherche française suite aux assises de l'innovation dans le cadre du processus de Bologne.

Peu avant la promulgation de loi sur l'innovation, il y a tout juste 18 ans, et malgré l'approbation de la philosophie du texte par Sup Recherche de la FEN, le Cneser d'alors rejette le projet de loi. Le SneSup lui ne s'était guère trompé sur les problèmes éthiques posés par ce texte et la confusion des genres qui présentait un risque majeur pour la diffusion des connaissances, sans compter ces chercheurs qui risquaient d'assécher les laboratoires pour aller « pantoufler dans le privé ». Depuis, les réformes se sont succédées, organisant la pénurie dans la majorité des formations et laboratoires et des orgies dans quelques établissements ou laboratoires « à la mode » : les démons académiques refont surface, les bachelier-es ne trouvent plus place... à s'asseoir dans les amphis et la recherche se vitrifie...

A nouveau, le Cneser du 11 juillet dernier a rejeté le décret Master instituant la liste des formations susceptibles d'organiser la sélection... mais lors de cette même commission convoquée dans sa formation restreinte, c'est bien l'ancienne DGESIP, maintenant affectée à l'IGAENR qui présenta les enjeux pour la France de la conférence ministérielle de la fin du processus de Bologne à Paris les 23 et 25 mai 2018... un appel à la lutte et pourquoi pas, une grande mobilisation pour commencer à construire le service public de l'ESR du XXIème siècle, ouvert et accessible à tou-te-s ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Histoire
« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah »
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal
En appel à Toulouse, des activistes handicapés plaident « l’état de nécessité »
Au cours d’une audience chargée de colère et d’émotion jeudi, les militants de l’association Handi-Social ont justifié leurs actions de blocage de la gare et de l’aéroport toulousains en 2018. Il y a un an, ces activistes avaient écopé de peines de prison avec sursis.
par Emmanuel Riondé
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle
Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles