madouc
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2019

Sur le texte "Il ne fait pas chaud pareil pour tout le monde" publié par JLM

La colère que m'inspire ce discours peut contribuer à choquer. J'espère simplement contribuer à un sursaut de solidarité et de bienveillance entre nous car le travail à réaliser est immense et nécessite la participation de tous ceux et celles qui rejettent une perspective politique dangereuse qui nous serait assignée ou finalement imposée par l'échec d'une recomposition à gauche.

madouc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le lien vers le texte en question : https://melenchon.fr/2019/06/28/fait-pas-chaud-pareil-pour-tous/

En premier lieu, critiquer le mouvement syndical par le truchement du secrétaire général de la CGT est insultant.
C'est faire fi de ce qui se passe sur le terrain et mépriser ceux et celles qui s'épuisent à "mettre des coins" à la contre-réforme utra libérale dans un paysage syndical divisé et affaibli.
C'est réduire la multitude des luttes locales (et elles sont nombreuses, rien qu'à Rouen) à une figure patriarcale contestée...Outre une désaffection des travailleurs et travailleuses, l'organisation syndicale est mise face à de nouvelles formes de mobilisation d'un mouvement social d'une complexité inédite. En lieu et place d'un appel à la convergence des luttes et à la construction d'un mouvement constituant, ce discours disqualifie l'action syndicale dans une rhétorique l'assignant à une position subalterne au politique.

Par ailleurs, ce texte autocentré (états d'âme, intrigues, "nous" et "je") me choque car il ne parle pas de ceux et celles qui sont dans les GA : pas une seule fois les insoumis-es ne sont cité-es, militant-es dans les asso etc. qui font vivre le mouvement, qui ont mené campagne dans un contexte particulièrement difficile sauf lorsqu'ils et elles sont citées, "mises au service de prétendu-es démocrates", mais par qui ?

L'essentiel de ce discours tourne autour d'un microcosme médiatique intrinsèquement violent et aux temporalités en rupture avec celles de la construction d'un mouvement social et écologique, solidaire et féministe.
Allons-nous faire une campagne municipale centrée sur le procès des perquisitions ou au service de règlements de compte entre "personnages qui n’ont même pas pris le temps de (leur) [nous] dire merci. Élus par personne [au sein du mouvement], n’ayant jamais rendu aucun compte sur leurs activités" ?
De quoi parle-t'on ? De démocratie ? ou de féodalité et de félonie ??? Quels archaïsmes ?

"Fin du mois, fin du monde, même combat !" ne peut s'accommoder d'un écran énergivore centré sur les intrigues d'un pouvoir servi par la sphère médiatique dominante. L'urgence de l'alternative concrète et la nécessité de la reconstruction d'un lien social brisé ou marchandisé n'est plus à prouver. Si un "clic" peut être utile, il est bien insuffisant à reconstruire un lien social qui ne peut se fonder sur la haine de l'Autre...

Ce texte n'est pas un texte écrit pour donner espoir et ouvrir au rassemblement, il enferme la FI dans un "je - nous" hargneux, défensif et fermé à la critique qui pourtant, est nécessaire, s'il s'agit de construire un mouvement démocratique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan