maelissma
Journal bâtard pour la révolution : https://mauvaissang.noblogs.org/
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2022

maelissma
Journal bâtard pour la révolution : https://mauvaissang.noblogs.org/
Abonné·e de Mediapart

Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran

Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.

maelissma
Journal bâtard pour la révolution : https://mauvaissang.noblogs.org/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

23/09/22

Mehrane, une femme Iranienne au Liban pour quelques semaines de voyage.

Elle s’est réveillée avec la gorge nouée et les larmes aux yeux. Cette fois, c’est différent. Elle voulait rentrer en Iran directement pour aller combattre aux côtés des autres femmes.

« C’est plus intense que d’habitude ?

Oui je pense. Parce que le monde entier supporte ce qu’il se passe. Beaucoup beaucoup de pays.

Beaucoup de jeunes Iraniens partent du pays pour l’Europe, pas légalement, illégalement. Ils vont en Europe et ne peuvent pas revenir en Iran. Par exemple, avant la révolution, beaucoup de chanteurs, des chanteurs connus, qui sont à l’étranger ne peuvent pas revenir en Iran. Ils ne peuvent pas voir leurs familles.

Pourquoi ?

Parce qu’à cause de notre putain de gouvernement.

Ils ne peuvent pas revenir parce qu’ils sont partis illégalement.

Un de mes amis est en Allemagne maintenant. Il a dit « je te promets que je vais te voir bientôt, je vais revenir en Iran ». Il a dit : « avec ces révolutions j’ai confiance. Et je pense que cette fois ça va finir. Le pouvoir, le pouvoir de notre gouvernement va se terminer et je pourrais revenir ». J’espère vraiment que cela va se réaliser bientôt. Ils étaient vraiment jeunes quand ils ont quitté l’Iran,18 ans, 19 ans, avec une très mauvaise situation. Et maintenant ils ne peuvent pas revenir et voir leurs familles.

Et quand les journalistes sont arrêtés ils vont en prison ?

Oui, pour des années. Et parfois on ne sait pas ce qu’il va leur arriver. Personne ne sait. Ils les tuent ou ils font ce qu’ils veulent. Et leurs familles attendent et elles ne peuvent rien faire.

Si tu es journaliste en Iran tu devrais supporter le gouvernement. Si tu ne le supportes pas, même les célébrités, il y a un joueur de foot connu, de mon village, il supporte aussi les gens. Il est en Allemagne.

C’est vraiment triste.

Et ton mari ?

Ce matin j’ai parlé avec lui. Il m’a dit que pendant quelques minutes internet fonctionne bien puis après ça ne fonctionne plus.

Quand je vais retourner en Iran je vais rejoindre la révolution.

Et ton mari ?

S’il veut il viendra sinon non. Je suis juste responsable de ma vie. Il ne prend pas trop de risques. Il n’est pas aussi fou que moi. Si il veut il viendra sinon, j’irai seule.

Avec des ami.es ?

Grâce à dieu, je suis fière de ma province. C’est une petite province au Nord de l’Iran mais les gens sont vraiment tous en ensembles. Et ma ville Rasht est comme Téhéran en ce moment, il y a beaucoup beaucoup de gens dans la rue. Donc je vais les rejoindre.

Mon mari était en Irak quand ça a commencé. Là il est revenu et il dort chez sa mère près de Téhéran. Il voulait prendre un ticket de bus pour aller chez nous mais il n’y avait pas d’internet.

Cette fois si on abandonne, ça va être vraiment vraiment horrible. Parce qu’ils vont se dire « ok c’était le maximum qu’ils peuvent faire donc ils ne peuvent rien faire ». Donc ils pourront faire pression encore plus.

L’armée tire facilement. Hier une autre fille dans mon village d’origine est morte. La nuit dernière. Simplement, vraiment simplement, ils l’ont tué.

Si le gouvernement est d’accord avec les gens, s’ils laissent tomber… ils ne peuvent pas dire ça. S’ils font ça, la prochaine fois que l’on fait une autre manifestation pour avoir plus de droits, je ne sais vraiment pas ce qu’il va se passer. Je sais juste que cette fois les gens vont continuer jusqu’à ce qu’ils aient le droit de choisir le hijab ou non. Le problème est aussi que les gens ne sont pas tous unis. Certains supportent le gouvernement parce que c’est mieux pour leurs vies, ils votent pour le gouvernement. Ils ont des intérêts.

On verra ce qu’il se passe dans les prochains jours, inshallah ils vont continuer.

Pendant toutes les révolutions des gens meurent. Pourquoi pas moi. Je vais faire de mon mieux. Je suis pareil que les autres. S’ils meurent, je meurs. Si je meurs, ils meurent.

Et qu’est-ce qu’il s’est passé pour les gilets jaunes ? Ils ont tué des gens ? Ils n’ont rien changé du tout ? Comment on peut avoir de l’espoir pour un changement ? En France aussi rien ne se passe. En Iran l’inflation a lieu pour tout.

Putain.

2 mois plus tôt en Iran j’ai commencé à faire de la méditation pour me relaxer. Maintenant je vais participer à la révolution, c’est mon devoir et le devoir de tout le monde.

Le problème c’est qu’il y a beaucoup de gens fous qui soutiennent ce gouvernement. Les religieux, les fous qui ont l’esprit fermé. Comme la sœur de mon mari est une d’entre eux, elle est totalement folle du leader, elle a sa photo dans la maison. C’est comme dieu. Ils sont allés en Syrie, ils ont combattu contre ISIS. Elle était enceinte, il était en Syrie. Tu connais Qasem Soleimani ? Ils le supportaient beaucoup.

Un ami l’interrompt : La syrie c’est comme l’Iran, tu ne peux rien dire, tu finis en prison. Tu ne peux rien dire contre le régime. Et l’Iran a beaucoup aidé la Syrie.

Elle reprend : La photo de Soleimani était partout. Mais il est mort quelques mois avant le Covid.

Le gouvernement iranien dit qu’ils vont prendre leur revanche sur les Etats-Unis mais ils peuvent rien faire. »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat