maelissma
Journal bâtard pour la révolution : https://mauvaissang.noblogs.org/
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

maelissma
Journal bâtard pour la révolution : https://mauvaissang.noblogs.org/
Abonné·e de Mediapart

Même les bibliothécaires pourraient se révolter...

Des monitrices étudiantes au sein de la Bibliothèque Sainte-Geneviève tiennent à éclaircir les revendications du mouvement de grève de la BSG ainsi que les mesures mises en place récemment par la direction de l'Université Paris 3. Un texte co-écrit sur notre situation actuelle en cours de précarisation.

maelissma
Journal bâtard pour la révolution : https://mauvaissang.noblogs.org/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des monitrices étudiantes du mouvement de grève de la BSG tiennent à éclaircir non seulement les revendications mais aussi toutes les mesures mises en place récemment qui nous précarisent.

Un texte co-écrit sur notre situation actuelle, intenable et pathétique est plus que nécessaire.

La politique de précarisation des employés de la bibliothèque par les autorités ne date pas d'aujourd'hui. Il y a deux ans, l'université Paris 3 a mis en place de nouveaux contrats plus précaires pour les moniteurs étudiants, autrement dit pour les jeunes étudiants travaillant à temps partiel afin de subvenir à leurs besoins. Ces contrats de moniteurs étudiants avaient été transformés en contrats de vacataires, c'est-à-dire en contrats de salariés payés à la pièce. Ainsi les vacataires perdent leur salaire en cas de fermeture de leur lieu de travail ou d'absence justifiée (par un arrêt maladie par exemple), tandis que les congés payés sont inexistants, et tout ceci alors que les confinements allaient et venaient.

Ces changements ont d'ailleurs été combattus à la Bibliothèque Sainte-Barbe (cf. @BsbmoetLutte et @bsbenlutte), où pratiquement l'entièreté du personnel a hérité de ce statut de vacataire. Et voilà que c'est sans étonnement que nous voyons nos collègues contractuels et titulaires devenir les nouvelles cibles de cette politique. Si la nouvelle réforme venait à aboutir ils verraient la disparition, non seulement de 6 postes essentiels, mais aussi la disparition d'une partie de leurs salaires. En effet, notre lieu de travail est ouvert au public de 10 heures à 22 heures, et c'est à partir de 19h30 qu'un employé qui continue à travailler touche une prime de service en soirée, prime qui serait amenée à disparaître.

Un salaire de misère pour 35 heures de travail ne permet pas de vivre décemment d’autant plus face à l’augmentation du prix de la vie. Vous vous doutez qu'avec un salaire pareil nous vivons pour la plupart à pratiquement 1 heure de trajet de notre lieu de travail, ou dans des chambres de bonne miteuses. Leur niveau de prime fixe, quant à lui, est inférieur à la moyenne nationale. Ils sont pratiquement les moins bien payés des bibliothécaires de France, et comme nous ne voyons pas les choses à la baisse, nous exigeons une remise à niveau d'un régime indemnitaire à la hauteur au moins de la moyenne nationale.

Le président Sarkozy, dans sa loi de 2007 obligeant le dépôt d'un préavis de grève 5 jours à l'avance sous prétexte de protéger utilisateurs et consommateurs, permet en fait aux employeurs d'enterrer la grève. Cette loi, donnant aux employeurs le temps de s'organiser à l'avance en prévision d'une grève, a mis au jour un mépris du droit de grève en enlevant aux employés toute capacité de pression et d'utilisation stratégique de ce droit pour défendre leurs moyens de vivre.

Nous ne nous trouvons heureusement pas encore dans le cas où la direction de la bibliothèque prévoirait de nous remplacer durant notre protestation. Néanmoins cette possibilité existant désormais et nos salaires étant bas, c'est avec la peur et la rage au ventre que nous faisons grève. Sachez que notre imaginaire, pour l'instant restreint par les conventions syndicales, pourrait dans le cas d'un refus d'accéder à nos demandes, se mettre à battre la campagne.

Nous pourrions commencer à demander plus que nos exigences actuelles, qui sont pourtant le minimum qui devrait être exigé partout. Nous pourrions imaginer d'autres moyens de luttes si nécessaire et les responsables de ce qui pourrait être alors à déplorer seraient ceux qui ont amené la misère dans nos vies avec leur restructuration.

Nous pourrions ainsi demander en toute légitimité que cesse cette habitude de garder des employés pendant des années comme de simples contractuels sans jamais les titulariser.

Nous pourrions exiger l'arrêt des contrats de vacataires et la remise en place des anciens contrats.

Nous pourrions exiger de nouveaux postes.

Nous pourrions exiger une hausse des salaires,

Nous pourrions exiger, en bref, tant de choses.

Le monde imaginé par nos politiques transforme la bibliothèque en garderie et nous en surveillants. La centralisation et la fusion des services dépossèdent les travailleurs de la BSG quant aux décisions concernant la bibliothèque. C’est ce qui restait de stimulant dans leur travail qui leur est enlevé (avec leur salaire).

Quand nous vous voyons détruire tous les secteurs publics, hôpitaux, bibliothèques, écoles... nous nous demandons si vous n'avez pas oublié le compromis tacite à la base de notre république.

N'oubliez pas que si nous nous sommes soumis à l'aliénation, si nous avons accepté les différences de richesses, si nous nous sommes aplatis devant les lois, c'est parce que nous avions le droit en échange à du confort, à « un niveau de vie », à des protections sociales, à une marge de liberté.

Mais en nous enlevant tout cela c'est aussi vous que vous mettez en danger. Car en nous enlevant nos salaires, nos libertés, en nous précarisant, vous nous enlevez aussi la raison d'adhérer à ce pacte social et de jouer selon vos règles. C'est pourquoi vous devriez faire attention à ne pas révéler de manière trop évidente que nous sommes exploités, que nous sommes perdants dans ce pacte social, que nous ne sommes que des contractuels, de futurs chômeurs, des smicards.

Il semblerait que vous ayez oublié que cette société n'est pas naturelle et qu'elle peut disparaître comme toutes les autres. Même les bibliothécaires pourraient se révolter...

Des monitrices étudiantes soutenant le mouvement de grève de la BSG.

Pour nous soutenir : https://www.change.org/p/université-sorbonne-nouvelle-sauvons-la-bsg?utm_source=share_petition&utm_medium=custom_url&recruited_by_id=fd10dba0-49ed-11ec-a865-f108868ce377&fbclid=IwAR02cm8hoBfoI1BTe0DSh5-6xgE-gboU-gEBkqqv2TZRJfOUyD2LpS55kFw

https://www.leetchi.com/c/soutient-au-personnel-de-la-bsg?fbclid=IwAR0f6nbvKIZ6PnBSLMVfvqW8kE1HQu-he

Sur les réseaux : 

Facebook : BSG Debout2021

 https://twitter.com/BSGDebout

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier