maelissma
Etudiante en Master 2 de Littératures francophones
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2022

Egypte : Al-Sissi-City, le fleurissement d’une ville anti-émeutes

La peur des manifestations au sein de la capitale égyptienne conduit al-Sissi à repenser la ville en fonction des intérêts bourgeois. La nouvelle capitale « administrative » en construction depuis 2015 est pensée comme une ville sécuritaire. Cet exemple frappant pose des questions quant aux villes futures.

maelissma
Etudiante en Master 2 de Littératures francophones
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Al-Sissi-City : le fleurissement d’une ville anti-émeutes.

Le pouvoir Egyptien fuit à 70 km à l’est de la place Tahir, lieu où la révolte renversa le prédécesseur d’al-Sissi, Hosni Moubarak, onze ans plus tôt, en 2011. La peur des agitations et des manifestations conduit al-Sissi à repenser la ville en fonction des intérêts bourgeois. Rayonner tel un roi est le projet pharaonique de la construction de cette nouvelle capitale “administrative”, en d’autres termes élitiste et dictatoriale, débutée depuis 2015.

Le rêve royal est d'assainir la ville en incarcérant, torturant, intimidant, congédiant, tuant, TOUTE opposition au régime. Ismaïl Alexandrani, journaliste emprisonné par le pouvoir parle d’une “vengeance du régime à l’encontre de ceux qui osent manifester”. Cette bulle aseptisée, qui est en train de sortir des sables, n’est qu’un outil de contrôle ultra répressif des populations animés par une réelle haine du régime. En effet, après cinq années passées dans sept différentes prisons, Moshen Mohamed affirme : “Même si elle [la révolution] n’a pas atteint ses objectifs politiques, personne ne peut l’effacer, car elle vit en nous”. Et Fadila Khaled ajoute : “Nous sommes les enfants de guerres et révolutions. Bénis par des héros vivants, avec des martyrs pour modèles de référence, nous connaissons le goût du silence et nourrissons une haine absolue à son égard. Nous sommes des trouble-fêtes, pas des paillassons”.

Les répercussions de la construction de ce nouvel espace bien gardé sur les habitants du Caire et de sa périphérie réveillent leurs forces révolutionnaires. Heba Raouf Ezzat, professeur contraint à l’exil en 2013, attire l’attention sur cet urbanisme sécuritaire qui “balaye les hommes”. Al-Sissi aspire à un ordre nouveau en rasant les quartiers populaires comme Nazlet El-Semman pour reloger les gens dans des quartiers surveillés et où la police peut entrer beaucoup plus facilement.

Les habitants des quartiers informels, c’est-à-dire construits par eux-mêmes depuis les années 60, sont déplacés de force avant que leurs maisons ne soient détruites. La vie de quartier qui s’y était constituée est éteinte par la séparation des gens et le relogement au sein d’immeubles éparpillés et sous vidéo surveillance. Pour contrer ces déplacements autoritaires, des émeutes éclaires ont eu lieu : jets de pierre et de briques sur les camions et les tanks venus pour déloger les gens et des familles choisissent aussi la mort plutôt que de partir : “Démolissez-nous avec !” disent-ils. 

Il s'agit évidemment d'un exemple frappant puisque l'Egypte est sous un régime dictatorial, néanmoins ces événements posent des questions quant-aux villes futures : dans quelle mesure la fracture sociale sera-t-elle encore plus visible au sein de ces nouvelles villes ? Comment faire en sorte que l'urbanisme sécuritaire ne voit pas le jour ? Comment faire en sorte d'adapter réellement les villes au populations, avec leur soutien et leur aide ?

En attendant, soutien aux trouble-fêtes et aux émeutiers éclairs.

Maëliss 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo