Magali Croset-Calisto
Ecrivaine, Sexologue clinicienne, psychologue spécialisée dans le traitement des addictions. Docteur ès lettres. Membre du Comité scientifique de SOS Addictions, de la Société française de sexologie clinique. Auteure de plusieurs ouvrages
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2020

#Lepointnoir : un code de détresse destiné aux victimes

En période de confinement, la possibilité de violences conjugales et de féminicides s’accroît.

Magali Croset-Calisto
Ecrivaine, Sexologue clinicienne, psychologue spécialisée dans le traitement des addictions. Docteur ès lettres. Membre du Comité scientifique de SOS Addictions, de la Société française de sexologie clinique. Auteure de plusieurs ouvrages
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une main. Un point.

Noir le point. Telle la mort qui guette au tournant des violences conjugales. Les chiffres sont là. En France, une femme décède encore tous 2,5 jours sous les coups de son compagnon ou de son ex-compagnon. Pour dire les choses autrement, tous les 2,5 jours un homme assassine une femme dans notre pays. En 2019, comme l’a rappelé le Grenelle des violences conjugales, 222000 femmes ont été victimes d’agressions physiques et/ou sexuelles. Malgré les mesures d’écoute, les formations et actions mises en place par le gouvernement et les réseaux associatifs très actifs, la violence conjugale ne faiblit pas; et en période de confinement, la possibilité de féminicides s’accroît.

Un code de détresse destiné aux victimes

Devant ce constat alarmant, une anglaise a décidé en 2015 de créer un nouveau code, non verbal, pour se faire entendre là où la parole a dû mal à être prise en compte (famille, proches, consultations de santé, dépôt de plainte, tribunaux...). La campagne fut lancée à son instigation en 2015, au Royaume-Uni sous le sigle #blackdot.

Après un premier test en France durant le mois de septembre 2017, la campagne fut reprise sous le hashtag #lepointnoir et le 23 novembre 2017, Marlène Schiappa rejoignait le mouvement dans un tweet en ces termes : « Je soutiens #lepointnoir #blackdotfrance pour permettre aux femmes de parler des violences subies, et pour y mettre fin ». Dans le même temps, la Secrétaire d’état en charge de l’égalité femmes-hommes illustrait son message avec un point noir représenté dans sa paume droite. Et depuis ? Pas grand-chose. Plus de deux ans se sont écoulés sans que les médias ne relaient, ni ne s’intéressent réellement au phénomène.

Toutefois, depuis quelques jours 30 professionnels du cinéma ont participé au court-métrage de la réalisatrice Sophie Picciotto pour marquer leur engagement contre les violences conjugales et « faire connaître #lepointnoir ». Le court film tourne désormais sur les réseaux sociaux. Son titre ? Tous les trois jours. Ce court-métrage diffusé sur Youtube sensibilise le grand public au thème des violences sexuelles et encourage la diffusion du #pointnoir comme outil face au danger des victimes qui ne peuvent -pour une raison ou pour une autre – pas parler :

LE POINT NOIR EST UN CODE DE DETRESSE (un point noir dessiné dans la paume de la main) DESTINE AUX VICTIMES SOUS EMPRISE AFIN QU'ELLES PUISSENT TROUVER DE L’AIDE DISCRETEMENT1

#lepointnoir, court-circuite les usages discursifs

L’intérêt stratégique et sociologique du #pointnoir n’est pas à négliger. Par delà les codes langagiers habituels, le point noir court-circuite les usages discursifs traditionnels ainsi que les hiérarchies. Niché au creux de la main, #lepointnoir permet d’alerter et de faire état de violences subies sans trop s’exposer. Sa force réside dans sa capacité à révéler de manière directe, mais discrète, les violences qui tuent et demeurent le plus souvent tues. A ce titre, il représente un nouvel outil de lutte contre les violences psychologiques et sexuelles faites aux femmes. Mais pas seulement.

 A bien y regarder, la première fonction du #pointnoir est alors de désigner les limites de l’oralité. Comment cela, un pictogramme en guise de parole ? La voix, les mots ne suffiraient donc plus pour décrire le réel ? En effet, parfois clivante, parfois mutilée, parfois bafouée, étouffée, humiliée, ridiculisée… la parole des femmes est un bouclier qui se retourne souvent contre elles. Il y a bien longtemps déjà, l’Agora et le Forum se chargeaient de réduire les femmes au silence. L’ère #MeToo change la donne, mais elle nous enseigne aussi que la question d’être une femme qui ose parler, se lever et/ou se barrer (dans le sillon d’Adèle Haenel) n’est pas encore aisée. La levée de boucliers du vieux monde n’est jamais très loin. C’est ce que confirme le récent rapport « Etat des lieux du sexisme » mené par le Haut Conseil à l’égalité paru le 2 mars 2020, à travers la voix de Brigitte Grésy, Présidente du HCE : « le sexisme fait toujours système et est présent dans le quotidien des femmes. Il y a urgence à rendre visible et à forger des outils dans tous les domaines, afin de le faire reculer 2».

Malaise dans la civilisation

Mise en doute, la parole des femmes est encore-toujours-déjà à défendre. C’est ce que nous avait enseigné l’économiste Sandrine Rousseau attaquée à de nombreuses reprises (on se rappelle encore l’interview de Christine Angot), laquelle pour se faire entendre, fera le choix d’en passer par l’écriture d’un livre intitulé... Parler. L’oralité des femmes n’aurait-elle toujours pas sa place dans notre société ? A lire un des tweets de l’actuelle Ministre du travail, Muriel Penicaud, publié le 2 novembre 2017, on en comprend malheureusement les enjeux et l’une des causes : « 40 % des femmes qui portent plainte pour harcèlement déclarent que ça s’est retourné contre elles ». Lorsque les mots d’une victime se retournent plus de quatre fois sur dix contre elle, c’est une double peine qui mérite de requestionner les scripts de notre société. Quand une parole ne peut librement se dire, il y a malaise dans la civilisation.

C’est pourquoi, pour les femmes qui ne peuvent parler (situation d’emprise par exemple), qui ne peuvent écrire ou être entendues, #lepointnoir apparaît tel un outil supplémentaire dont le message est clair :

Je suis victime de violences, j’ai besoin d’aide, et j’ai des difficultés à en parler librement. La personne qui aperçoit le code de détresse a pour mission d’engager discrètement une conversation avec la personne afin de l’aider à s’orienter vers des professionnels. Montrer le code #lepointnoir, c’est faire une premier pas vers une démarche professionnelle, sans avoir à dire les mots3.

Figure de style démocratiqe et relationnelle

Voilà l’enjeu. #lepointnoir permet de dire sans dire. Et sans avoir besoin d’écrire. Véritable prétérition visuelle qui désigne le réel d’une manière symbolique, le point noir est au sens propre une figure de style, démocratique et relationnelle. Démocratique parce qu’il est accessible à toutes et tous, quel que soit son âge ou sa classe sociale. Relationnelle parce qu’il évoque et convoque dans le même temps. Il engage un processus inter-visuel et donc inter-relationnel dans le but de braver les résistances, les dénis et interdits. Captation. Le regard qui se pose sur le point devient complice d’une solidarité à venir, ou d’une non-assistance à personne en danger… #lepointnoir remet les relations humaines à leur place., il tourne rond et connaît ses fonctions. Le site officiel https://www.lepointnoir.com/ et les hashtags #lepointnoir et #blackdotfrance informent des attitudes et actions à mettre en place en cas de mise en situation. Bien plus qu’un dessin, #lepointnoir est un emblème. De par son mode d’action, il vient désigner les limites de la parole autant que les insuffisances d’écoute auxquelles les victimes sont encore confrontées (même si depuis le Grenelle des violences sexuelles, des efforts ministériels sont faits en ce sens).

De par son caractère visuel, le point noir interpelle et ponctue une relation. Il convoque l’entraide et réinstaure une prise en compte de l’altérité. Symbole jouant sur les rapports entre signifiant et signifié, #lepointnoir permet d’abolir les frontières économiques, politiques, culturelles, sexuées, langagières pour témoigner d’une violence. Dénotation et connotation, #lepointnoir est un signe nouveau dans l’alphabet intime de notre société.

*Magali Croset-Calisto

Ecrivaine, sexologue et psychoaddictologue.

Dernier ouvrage paru : Moins de stress grâce au sexe, Albin Michel, 2019

1Campagne le point Noir https://www.youtube.com/watch?v=VCa8sO0Qzt0

2http://haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/actualites/article/2eme-etat-des-lieux-du-sexisme-en-france-combattre-le-sexisme-en-entreprise

3Ibid.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP