magikmanu
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 août 2016

Pourquoi la couture revient à la mode ?

La couture est un loisir qui a le vent en poupe. Désormais, elle est plus facile d’accès et répond à un besoin existant. Transcendée par le mouvement Do It Yourself, la couture est l’occasion pour de nombreux adeptes ou amateurs de renouer avec un savoir-faire traditionnel et des techniques ancestrales.

magikmanu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La couture pour un public jeune

Qu’on se le dise, la couture n’est plus une activité ringarde. Ce savoir-faire hérité de nos grands-mères et arrières grands-mères, s’inscrit parfaitement dans la tendance DIY. Motivées par un désir profond de changer de mode de vie, de plus en plus de personnes se tournent vers la « création personnalisée ».

Aujourd’hui, il n’y a pas d’âge ni de sexe pour apprendre à coudre une chemise ou une robe. En effet, coudre n’est plus exclusivement réservé aux femmes mûres. Jeunes et moins jeunes, hommes et femmes se passionnent pour cette activité, et ce, pour de nombreuses raisons. Certains le font par nécessité, d’autres pour le plaisir de tout faire soi-même.

La couture : un vecteur social

Les ateliers de couture ne font pas que transmettre un savoir-faire. C’est aussi l’occasion pour des hommes et des femmes, venus d’horizons différents, de se retrouver et partager une passion commune. Ces ateliers participent donc à la création d’un lien social fort. L’ambiance y est conviviale et studieuse.

La couture en mode numérique

Apprendre la couture est aujourd’hui à la portée de tous. Il suffit de s’inscrire à un MOOC gratuit ou un blog de couture qui fournit des tutoriels bien détaillés et très inventifs. Les leçons abordent différentes questions concernant l’univers de la couture : le matériel, le nécessaire de couture, les fournitures, les méthodes de couture, les techniques de coupe, etc.

Les patrons ont la cote

Les patrons gratuits à télécharger en ligne représentent une véritable révolution dans le monde de la mode et de la couture. La possibilité de pouvoir disposer des directives nécessaires ainsi que d’un patron imprimable est un véritable plus pour les apprenants et plus précisément pour les mères de famille.

On a tendance à vouloir coudre plus lorsqu’on a un enfant. Les patrons de couture pour enfant sont d’ailleurs très demandés. La couche lavable est la dernière tendance en date. Mais, on trouve une grande variété de modèles modernes et originaux sur notre site « coup de cœur ».

Pourquoi opter pour un patron ?

Un patron est un support de couture fortement conseillé aux débutants. Il est facile à comprendre surtout lorsqu’on achète un modèle bien illustré et bien expliqué. Par ailleurs, le patron permet de créer des vêtements en série ou des modèles uniques. Le plus important est de réaliser les coupes les plus simples comme les plus sophistiquées. En outre, sa version numérique peut être aisément sauvegardée.  Enfin, il ne coûte pratiquement rien en fonction du modèle choisi. On peut cependant trouver des patrons de couture gratuits. Multiliti propose également des kits de couture ainsi qu’un choix intéressant et pertinent des patrons gratuits

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena