magrebak
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2019

Menace sur le médico-social/ Enfance en danger

Avec l'attaque du secteur médico-social, suite à des réformes et dans un contexte de fragilisation progressive de la pédopsychiatrie, des enfants, parmi les plus jeunes se trouvent actuellement en défaut de soin, en France. il s'agit d'un scandale sanitaire qu'il convient aujourd'hui de dénoncer.

magrebak
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La psychiatrie souffre aujourd’hui d’un manque de moyen mais aussi d’une dérive scientiste des pratiques et des pensées qui servent une vision consumériste du monde et de l’humain.

La manifestation du 22 janvier dernier à Paris en est l’expression.

Le secteur médico-social aujourd’hui se trouve lui aussi en danger.

Ce secteur regroupe 900 000 salariés et prend en charge environ 1 million 500 personnes (enfants et adultes). Il accueille dans 35000 structures une population hétérogène pour desmissions de soins, d’accompagnement, de prévention, d’actions éducatives, d’intégration, de protection, d’hébergement.

La politique d’austérité mise en place par les gouvernements successifs a porté un coup sévère à la qualité des soins.

La branche consacrée à la petite enfance (1) est aujourd’hui menacée dans ses pratiques, avec un repli des structures publiques vers celles du médico-social du fait d’un démantèlement progressif des hôpitaux publics et plus particulièrement de la psychiatrie de secteur infanto juvénile. La pédopsychiatrie est dramatiquement en voie de disparition sans que les pouvoirs publics ne s’alarment. Bien plus, ces derniers organisent depuis longtemps par leur politique de santé la pénurie des pédopsychiatres.

Les CAMSP (Centre Action Médico-Sociale Précoce, près de 250 aujourd’hui en France) sont particulièrement impactés par cette situation.

Ils ont été créés dans les années 1970 pour accueillir, dépister, annoncer un diagnostic et soigner sur un temps long, grâce à un plateau technique pluridisciplinaire, les enfants et leur famille touchés par un handicap ou une maladie chronique, dans des consultations précoces et proches du domicile.

Les CAMSP sont aujourd’hui contraints de prendre en charge, en nombre croissant, des pathologies psychiques de plus en plus lourdes, habituellement traitées dans les CMPE (2), tels que autismes et psychoses infantiles, afin de pallier une carence d’offre de soin en psychiatrie et de places en hôpitaux de jour. Ceci est le résultat de la mise en place des GHT (Groupements Hospitaliers de Territoire) qui visent la fusion des structures sanitaires et médico-sociales toujours dans une logique de réduction des coûts et au détriment des personnes en souffrance.

De nombreux postes ne sont pas pourvus du fait d’une pénurie de professionnels.

A force d’être non pourvus, certains postes sont carrément supprimés. Qu’à cela ne tienne, les enfants devront attendre sur des listes interminables ou bien chercher une place en libéral. Sauf que si l’enfant est inscrit dans une institution médico-sociale, de type CMPP, il ne pourra pas cumuler une prise en charge en cabinet privé sans surcoût, la Sécurité Sociale ne finançant qu’un secteur à la fois. Il devra choisir, depuis un décret paru en septembre 2016, entre deux prises en charge, par exemple une rééducation orthophonique en libéral ou une psychothérapie en institution.

Pourrait-on imaginer demander à un patient atteint d’une maladie grave de choisir entre une chimiothérapie ou une chirurgie s’il a besoin des deux pour guérir ?

Dans ce contexte, les soignants, confrontés à une demande croissante de soins, à des situations de plus en plus complexes, sont sommés de pallier les carences d’un système de santé public qui est volontairement affaibli pour favoriser le secteur privé. 

Ainsi la souffrance au travailest bien réelle pour ces professionnels soucieux de maintenir coûte que coûte une qualité d’accueil et de prise en charge, contraints d’annoncer à des parents que leur enfant est atteint d’une pathologie lourde, et que de surcroît il leur faudra attendre plusieurs mois, voire une année et plus, avant de commencer les soins.

L’on sait par ailleurs que dans ce secteur de la petite enfance, la prise en charge précoce est une nécessité avant que ne s’installent des troubles chroniques, qui viendraient gravement fixer des pathologies et condamner ces enfants à un avenir du côté du handicap ou de la déficience intellectuelle.

Un enfant de 4 ans épileptique attend plusieurs mois une IRM à l’hôpital public car il y a pénurie d’anesthésiste indispensable pour effectuer l’examen, un autre attend un an une prise en charge psychothérapeutique alors qu’il entre au CP et commence les apprentissages. Ce temps d’attente quand on a entre 0 et 6 ans, compte tenu des potentialités de développement à cet âge, constitue une réelle perte de chance.

La création du secteur médico-social s’est faite dans un contexte idéologique humaniste et une volonté d’offrir des lieux d’accueils et de soins pour tous.C’est toute cette vision de l’accueil inconditionnel, de l’accompagnement, de l’écoute du tout petit et de ses parents qui est attaquée par la politique néolibérale qui malheureusement se généralise à tous les secteurs de la santé. Cette politique qui, de fait, prive l’enfant, être en devenir, de toutes ses chances de grandir sans séquelle, ni handicap.

Aujourd’hui, la logique comptable de l’ARSimpose des conditions de travail maltraitantes à un personnel dont la charge difficile est d’accueillir la souffrance des enfants et de leurs parents.

Au-delà de leurs missions, ces soignants subissent des conditions d’exercice de plus en plus antagonistes avec leur éthique du soin sous prétexte de rigueur économique. Les budgets de formations se réduisent comme peau de chagrin. Et si l’on veut garder un niveau de compétence digne, chacun doit mettre la main à la poche pour se former, alors même que le salaire est bloqué depuis 7 ans.

Soigner les enfants implique de prendre soin des soignants, de leur garantir un cadre de pensée libre, éthique et non précaire.

Une réforme de la tarification des établissements et services médico-sociaux,initiée par l’ancien gouvernement, est étendue à tout le territoire en janvier 2018. Cette réforme appelée SERAFIN-PH (Service et Établissements Réforme Adéquation FINancement-Personnes Handicapées) applique une formule adaptée de la tarification à l’acte (T2A) qui a fait tant de dégâts dans l’hôpital public. La logique est la suivante : financer des actes sans tenir compte des facteurs humains et des espaces de pensée considérés comme improductifs.

Une autre réforme propose de mettre en place des RAPT (Réponse Adaptée Pour Tous), afin de gérer des GOS (Groupe Opérationnel de Synthèse) chargé d’orienter les « usagers » en fonction des places disponibles.  Les GOS chapeautés par des coordinateurs ont pour mission de trouver des places d’accueil par défaut à des enfants en attente d’une prise en charge adaptée.

Ainsi un enfant pourra rester jusqu’à 7 ans et plus à l’école maternelle en attendant sa place en IME. Le recours à des professionnels libéraux sera de plus en plus fréquent pour pallier le manque de spécialistes dans les institutions qui offrent des salaires peu attractifs.

Avec l’idée d’éponger les listes d’attentes, ce système a pour objectif de réduire les coûts sans embaucher, ni créer de structures d’accueil supplémentaires.

Il s’agit à terme de mettre en concurrence les établissements, de promouvoir ceux qui pratiquent les tarifs les plus bas,tout en réduisant de manière artificielle et insatisfaisante des listes d’attente de plus en plus longues du fait d’une politique de santé qui veut soigner à moindre coût.

Dans ces réformes bureaucratiques, le soin a disparu au profit de l’accompagnement, mot valise qui réduit le travail à un acte technique sans expertise.

Autre concept clé de ces réformes est l’inclusion à tout prix, à marche forcée.

Tout enfant en situation de handicap doit être inclus dans le milieu ordinaire sans tenir compte des souffrances que cela peut engendrer pour l’enfant et sans que des moyens supplémentaires soient alloués pour accueillir de façon adaptée.

Là aussi, il s’agit de baisser les coût de prise en charge. Un enfant à l’école coûte moins cher que dans une institution spécialisée.

Toute dimension humaniste est évacuée … cet humanisme pourtant indispensable à l’accueil, à l’écoute, au soutien, à la contenance… de la souffrance vécue par ces enfants, ces familles, ces assistants familiaux.

Or tout ce travail ne peut se faire qu’au sein d’une équipe pluridisciplinaire, formée, engagée dans le soin relationnel et la pensée de ses pratiques, et surtout soutenue par une hiérarchie administrative censée garantir un climat apaisé grâce à des politiques de santé prévoyante. Nous voyons qu’avec ces réformes, conformes au projet néolibéral des gouvernements successifs, nous sommes loin du compte.

Nous avons besoin de soignants, de structures de proximité et non davantage de bureaucratie, de protocoles d’évaluations qui au final ont un coût exorbitant.

Celui de sacrifier, dans le secteur médico-social de la petite enfance, les plus vulnérables et les plus jeunes d’entre nous.

Marie BAKCHINE

Psychologue/ psychothérapeute dans un CAMSP

Défendre le secteur médico-social
collectif.ms.grandest@gmail.com

Notes :

  • CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce), IME (institut médico-éducatif), CMPP (centre médico-psycho-pédagogique), SESSAD (Service d’Éducation Spéciale et de Soins à Domicile), aide sociale à l’enfance, PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse) et autres …
  • CMPE : Centre Médico Psychologique Enfant et Adolescent, secteur public de psychiatrie infanto juvénile, centre de consultation et de soins pédopsychiatriques.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss