G20: La matraque et la mort

Des images tournées par un banquier new-yorkais de passage à Londres ont montré que la mort de Ian Tomlinson lors des manifestations contre le G20 mercredi 1er avril n’est pas due à une « crise cardiaque » soudaine. Et c'est un euphémisme.
Ian Tomlinson killed by PC Simon Harwood at G20 Protest © G20meltdown
Ian Tomlinson killed by PC Simon Harwood at G20 Protest © G20meltdown

Des images tournées par un banquier new-yorkais de passage à Londres ont montré que la mort de Ian Tomlinson lors des manifestations contre le G20 mercredi 1er avril n’est pas due à une « crise cardiaque » soudaine. Et c'est un euphémisme.

La police, équipée de pistolets Taser pour le G20, a frappé l'homme, qui tourne le dos aux policiers et a les mains dans les poches, avant qu'il ne s'écroule au sol (voir ralenti en fin de vidéo) quelques minutes plus tard.

 

"Un officier de police anti-émeutes l'avait déjà attrapé et le poussait. Il ne le poussait pas simplement mais il le bousculait. Il est tombé par terre puis il a roulé. C'était impressionnant. C'était la force de l'impact. Il a rebondi sur le sol. C'était un coup par derrière. L'officier l'a frappé deux fois avec sa matraque quand il était allongé au sol ", a déclaré la photographe de presse Anna Branthwaite dans The Observer, un journal du dimanche lié au quotidien The Guardian.

 

Habitant la City, cet employé dans un magasin de journaux du quartier ne faisait que passer près de la manifestation en rentrant chez lui, comme le prouve ces images que s’est procuré The Guardian. Après l'incident, la police a prétendu que des manifestants avaient jeté des projectiles sur les forces de l'ordre qui essayaient de ranimer la victime. Ian Tomlinson, 47 ans, est mort peu après son arrivée à l'hôpital. La commission indépendante chargée d'examiner les plaintes à l'encontre de la police qui a finalement reconnu qu'il « a été en contact physique avec la police », continue de chercher à établir « si ce contact avait quelque chose à voir avec le décès ».

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.